(Ottawa) Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, dit ne pas avoir d’éclairage à offrir aux indépendantistes du « Wexit » de l’Alberta et de la Saskatchewan, mais il doute la noblesse des motivations qui selon lui propulsent le mouvement.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Est-ce que la volonté d’extraire le pétrole du sol de l’Ouest canadien est en soi un motif pour vouloir faire l’indépendance ? Je les laisse se poser la question. Mais ce n’est pas un motif pour avoir un soutien enthousiaste du Bloc québécois », a-t-il dit mercredi.

« S’ils tentaient de créer un État vert dans l’ouest du Canada, je pourrais être tenté de les aider. S’ils veulent créer un État pétrolier, ils ne doivent pas s’attendre à notre appui », a-t-il offert en mêlée de presse dans le foyer de la Chambre des communes.

Tout en précisant ne pas être défenseur de l’unité nationale, Yves-François Blanchet ne partage par ailleurs pas l’analyse de son homologue Andrew Scheer, selon qui le pays est en situation de crise dans la foulée de l’élection du 21 octobre dernier.

Un contexte que les provinces de l’Ouest tentent d’exploiter à leur avantage, croit-il.

« Je vois la situation actuelle comme une tentative de l’Alberta et de la Saskatchewan de se donner une position de force, pour forcer la main du gouvernement fédéral en matière de soutien à l’exportation de leur pétrole », a-t-il commenté.

« Si c'est correct, c'est correct »

Le leader bloquiste a tenu ces propos à l’issue de sa réunion avec Justin Trudeau – une rencontre de laquelle il est sorti avec un ton fort conciliant ; et d’ailleurs, à en croire ses propos, ses troupes ne devraient pas s’opposer au discours du Trône.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Yves-François Blanchet et Justin Trudeau

« Ce que je comprends de ce que M. Trudeau me dit, c’est qu’il y a beaucoup d’éléments qui vont être consensuels […] Il n’est pas question pour moi de faire la game politique d’essayer de trouver des problèmes s’il n’y en a pas », a-t-il exposé.

« Si c’est correct, c’est correct », a-t-il tranché en parlant du discours que prononcera le 5 décembre prochain la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, et qui fera l’objet d’un vote de confiance pour le gouvernement libéral minoritaire.

Il a par ailleurs fait part de son intention de diriger un caucus discipliné qui ne versera pas dans le registre « brouillon » ou « irrespectueux » qui est souvent le lot des débats à la Chambre des communes.

Parmi les chevaux de bataille du Bloc québécois : pouvoir d’achat des aînés, défense de la gestion de l’offre et lutte contre les changements climatiques, a signalé le chef du Bloc, fort d’un caucus de 32 députés au total – ils étaient 10 à la dernière session.

La COP en Espagne

Parlant climat, Yves-François Blanchet est d’avis que le Canada ne devrait pas adopter la politique de la chaise vide à la prochaine conférence des Nations unies sur le climat, et ce, même si celle-ci se tiendra en Espagne.

« Je vous avouerai que c’est un cas de conscience depuis quelques jours. Bien sûr, vous connaissez mes sympathies pour le droit des Catalans à décider de leur propre avenir », a-t-il affirmé.

« Est-ce que pour autant, il faut négliger l’importance des enjeux environnementaux ? J’ai beaucoup de difficulté à me rendre là. Je pense donc que l’exercice de la COP25 doit procéder », a enchaîné le dirigeant bloquiste.

A priori, le rendez-vous international sur le climat devait se tenir à Santiago, au Chili, mais il a été déplacé en raison de la crise sociale qui sévit au pays depuis des semaines. La COP25 aura finalement lieu du 2 au 13 décembre à Madrid, en Espagne.

La Cour suprême espagnole a condamné neuf dirigeants indépendantistes catalans à des peines d’emprisonnement allant de neuf à 13 ans de prison à la mi-octobre. Le chef du Bloc a vigoureusement exhorté Justin Trudeau à réclamer leur libération.