Le gouvernement Legault veut convoquer Desjardins à l’Assemblée nationale le 21 novembre pour se pencher sur la fuite de renseignements qui a touché 4,2 millions de personnes.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Il présentera une motion à l’Assemblée nationale mercredi en vue d’entendre non seulement Desjardins, mais également l’Autorité des marchés financiers (AMF), Equifax, la Sûreté du Québec, l’Association des banquiers canadiens et le Réseau intégré sur la cybersécurité. Une copie de la motion a été envoyée aux partis de l’opposition mardi.

Des pourparlers pour tenir une commission parlementaire sur la protection des données personnelles ont échoué au cours des derniers mois. Les partis de l’opposition voulaient que davantage de groupes soient entendus. Il faudra leur appui pour que la motion soit débattue puis votée en Chambre.

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, semble favorable à la motion, puisqu’il a indiqué sur Twitter que son parti « a demandé cela en juillet dernier » et a regretté qu’il y ait eu autant de « temps perdu ».