Les députés fédéraux siègeront finalement avant le congé des Fêtes.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« La Chambre des communes se réunira à nouveau le jeudi 5 décembre pour élire le président de la Chambre des communes, suivi par le discours du Trône », a annoncé ce matin le bureau de Justin Trudeau par voie de communiqué.

Les députés siègeront sept jours au total, soit jusqu’au 13 décembre. Le gouvernement libéral pourrait en profiter pour présenter son premier projet de loi visant une réduction d’impôts, la première mesure à l’ordre du jour, comme l’a déjà signalé Justin Trudeau.

Le discours du Trône sera prononcé au Sénat par la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, étape requise pour ouvrir une nouvelle législature. On connaîtra via cette allocution quelles seront les priorités du gouvernement libéral minoritaire.

Quant à l’élection du président de la Chambre, qui est chargé de diriger le déroulement des travaux des élus, elle a lieu par vote secret. Le cabinet libéral aura pour sa part déjà été assermenté à Rideau Hall. La cérémonie a lieu le 20 novembre.

Tous les chefs de l’opposition réclamaient l’ouverture de la 43e législature avant la fin de l’année 2019. Justin Trudeau les rencontre tous cette semaine, à commencer par le leader conservateur Andrew Scheer.

Au sortir de cette rencontre matinale qui a duré une trentaine de minutes, aujourd’hui, le chef de l’opposition officielle a regretté en mêlée de presse que les parlementaires ne reprennent pas le collier avant décembre.

Selon Andrew Scheer, le pays est plus divisé que jamais au lendemain du scrutin du 21 octobre dernier, avec un bloc libéral en Ontario pris en sandwich entre un mouvement séparatiste dans l’Ouest (« Wexit ») et le retour des bloquistes au Québec.

Les libéraux ont fait élire 157 députés contre 121 pour les conservateurs, 32 pour le Bloc québécois, 24 pour les néo-démocrates, trois pour les verts. Une indépendante, l’ancienne ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould, a été élue.

Cette dynamique minoritaire forcera le gouvernement Trudeau à se trouver des alliés s’il veut faire progresser ses mesures législatives à la Chambre des communes. Le premier ministre désigné rencontre cette semaine les chefs de tous les partis d’opposition.