(Québec) Revirement de situation rocambolesque dans le dossier de la réforme de l’immigration. En fin de journée, mercredi, l’Assemblée nationale a majoritairement voté en faveur d’une motion qui « exige du gouvernement caquiste qu’il annule dès maintenant les modifications récentes apportées » au Programme de l’expérience québécoise (PEQ).  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Après deux journées explosives au parlement sur le fond d’une réforme qui suscite un tollé auprès des partis d’opposition, les députés du gouvernement n’étaient pas assez nombreux en chambre pour reporter la tenue d’un vote sur une motion du député libéral Monsef Derraji.  

La motion, qui a donc été adoptée, stipule que la réforme du ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, « [mine] la réputation internationale du Québec [et nuit] à sa capacité d’attraction et de rétention des talents nécessairement à la croissance économique ».  Elle exige que Québec annule sa réforme.  

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Le ministre québécois de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette

Le leader de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a affirmé mercredi soir que le gouvernement avait désormais l’obligation « politique et morale » de respecter la motion adoptée au Salon bleu.  

« C’est le point culminant d’une semaine d’enfer pour le gouvernement et pour Simon Jolin-Barrette. En quelques jours, le ministre a pris une décision extrêmement impopulaire, a essuyé un feu nourri de critiques, a reculé sur des propos qu’il avait tenus quelques heures plus tôt, concédant à la pression population, et le même jour, il a perdu un vote sur le même sujet », a-t-il dit.  

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois

Dans les cercles libéraux, on croit que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) n’avait pas le quorum nécessaire pour reporter la tenue du vote parce qu’on avait envoyé trop de députés en catastrophe remplir la salle d’une candidate à l’élection partielle dans Jean-Talon, où l’on a appris en fin de journée que des médias s’y présenteraient.  

« Trop d’élus de la CAQ au coquetel de financement de Jean-Talon », a également écrit le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé, pour expliquer comment le gouvernement avait pu perdre le vote.  

Sur Twitter, le whip adjoint du gouvernement, Sylvain Lévesque, a écrit mercredi soir : « Cet après-midi, j’ai pris la décision de libérer deux de nos députés au Salon bleu, ce qui a eu pour conséquence que nous n’avions pas le nombre de députés requis pour exiger un report du vote au lendemain. Ce soir, humblement, j’ai grandement appris. »