La candidate bloquiste Valérie Tremblay, défaite dans la circonscription de Chicoutimi – Le Fjord aux élections du 21 octobre dernier, souhaite intenter une poursuite au civil contre le Journal de Montréal et son reporter Christopher Nardi. Elle les accuse d’avoir diffusé de « l’information incomplète [donnant] un portrait déformé de la réalité ».

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Le 10 octobre, quelques heures avant le dernier débat des chefs de la campagne électorale, M. Nardi, journaliste affecté à la politique fédérale à Ottawa, a publié un article dans lequel il écrivait que quatre candidats du Bloc avaient écrit ou partagé des propos anti-islam sur les réseaux sociaux au cours des dernières années. Dans son reportage, il affirmait avoir recensé une soixantaine de gazouillis sur Twitter dans lesquels Valérie Tremblay s’en prenait à l’islam. Un porte-parole du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence estimait, dans le même texte, que les propos attribués aux quatre candidats bloquistes étaient « sans conteste islamophobes ».

Le chef Yves-François Blanchet s’était d’ailleurs excusé publiquement au nom de ses candidats, après que ceux-ci eurent publié une missive d’excuse commune.

Une fois la campagne terminée, Mme Tremblay a lancé une campagne de sociofinancement afin d’« obtenir rétractions et compensations » de la part du média de Québecor. Affirmant avoir « vidé ses ressources financières lors de la campagne électorale », elle souhaite ainsi amasser 25 000 $ afin d’intenter une poursuite au civil, et ce, dans le but de « rétablir sa réputation ». À son avis, « le fait que l’ensemble des médias au niveau national ont relayé cette information trompeuse ont gravement nui à sa réputation et a pu affecter le résultat de l’élection ». Jusqu’ici, elle a récolté un peu plus de 2000 $.

Quelque 90 000 tweets

Jointe par La Presse, Mme Tremblay a déploré que ses publications aient été « tronquées » ou citées hors contexte dans l’article.

Le reportage, notamment, mentionne qu’elle a partagé une publication du site d’extrême droite Breitbart ; or, la candidate souligne qu’elle répondait en réalité à un internaute qui l’avait interpellée et qu’elle dénonçait le propos qui était avancé par Breitbart.

Par rapport à sa soixantaine de tweets sur l’islam, Mme Tremblay invoque qu’ils représentent une infime partie des quelque 90 000 publications qu’elle a mises en ligne depuis son arrivée sur Twitter en 2015.

En outre, elle soutient avoir toujours fait la nuance entre l’islam « appliqué par les théocraties islamistes » et cette religion en général. « Ce sont deux choses différentes », insiste-t-elle.

Elle maintient avoir avant tout dénoncé « l’absence de droits des femmes ».

« À ce niveau-là, oui, j’ai parlé contre les régimes totalitaires islamistes », dit-elle.

Dans un courriel transmis à La Presse, une porte-parole du Bloc québécois a indiqué que la démarche de Mme Tremblay « ne relève pas » du parti, qui « n’a pas à cautionner ou ne pas cautionner les démarches personnelles d’un individu ».

Christopher Nardi n’a pas souhaité fournir de commentaires par rapport à cette affaire.

Par ailleurs, Mme Tremblay avait également déposé une plainte devant le Conseil de presse du Québec contre le journaliste et son employeur, mais elle l’a retirée mardi matin. Le Conseil précise dans ses règlements qu’il suspendra l’étude d’une plainte s’il est informé de l’existence d’un recours judiciaire parallèle. Dans ces circonstances, la plaignante a préféré privilégier une action civile.