(Ottawa) Après Hochelaga, à Montréal, des dépouillements judiciaires ont été autorisés vendredi dans deux autres circonscriptions fédérales à la suite du scrutin du 21 octobre.

La Presse canadienne

Le tribunal a accordé vendredi au Bloc québécois un deuxième dépouillement judiciaire, cette fois dans la circonscription de Québec, où le député libéral sortant Jean-Yves Duclos a été réélu avec 325 voix de majorité sur la candidate bloquiste, Christiane Gagnon. Ce dépouillement se déroulera le 5 novembre.

PHOTO CAROLINE GRÉGOIRE, ARCHIVES LE SOLEIL

La candidate bloquiste Christiane Gagnon

Jeudi, la Cour supérieure avait accordé au Bloc un autre dépouillement judiciaire, dans Hochelaga, où la candidate libérale Soraya Martinez Ferrada avait été élue avec 328 voix de majorité sur son plus proche rival, le bloquiste Simon Marchand. Ce dépouillement s’amorcera le 4 novembre.

Le Bloc québécois avait demandé ces deux dépouillements pour faire la lumière sur de présumées anomalies dans ces élections où les résultats ont été très serrés, avec un peu plus de 300 voix d’écart dans chaque cas. La Presse canadienne a appris mardi que dans ces deux cas, le Bloc estimait qu’il n’y avait « pas de concordance » entre le résultat final et le nombre de votes dans les boîtes de scrutin.

Un troisième dépouillement judiciaire aura lieu la semaine prochaine en Colombie-Britannique, dans Port Moody-Coquitlam, où le Nouveau Parti démocratique a perdu la circonscription aux mains de la conservatrice Nelly Shin par seulement 153 voix.

Les néo-démocrates ont fait valoir qu’il y avait eu 516 bulletins rejetés — un nombre inhabituellement élevé — ainsi que la preuve d’une erreur de dépouillement dans un bureau de scrutin et plus de 250 bulletins non comptabilisés. Le parti estimait donc qu’un dépouillement judiciaire était justifié et le tribunal s’est rangé à cet avis.

Selon Élections Canada, ce dépouillement aura lieu le 6 novembre. Tous les résultats seront publiés en ligne une fois complétés.