La relation difficile entre le gouvernement Legault et les Québécois anglophones s’est corsée encore davantage, hier. Secoué par une crise interne, le Quebec Community Groups Network (QCGN) a accusé Québec de mener une campagne « clandestine » qui vise à le « déstabiliser ».

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Au cours des derniers jours, 10 des 60 groupes communautaires affiliés au QCGN ont claqué la porte de cet organisme sans but lucratif, dont la mission est d’assurer la vitalité de la minorité anglophone. D’autres départs sont attendus.

Ces groupes sont surtout établis à Québec et en région. Ils reprochent à la direction du réseau d’être trop montréalo-centrique et d’adopter un ton trop agressif avec le gouvernement Legault.

Dans une sortie explosive, hier, le QCGN a répliqué que ces départs étaient le résultat d’une campagne « clandestine » du gouvernement caquiste pour l’affaiblir.

« Ce qui se produit est que le gouvernement du Québec met de la pression sur certains membres qu’il finance pour qu’ils mettent à leur tour de la pression sur nous pour réduire la stridence de nos arguments en faveur des droits de la communauté de langue anglaise », a déclaré en entrevue le président du conseil, Geoffrey Chambers.

Ces groupes ont exercé de fortes pressions pour une voix moins forte et ils n’ont pas gagné ce débat. Et maintenant, ils se retirent sous la pression du gouvernement du Québec pour éviter de voir leur financement compromis.

Geoffrey Chambers, président du conseil du Quebec Community Groups Network

Il a dit détenir des enregistrements et des correspondances qui appuient ses propos.

« Une insulte »

Des groupes communautaires joints par La Presse ainsi que le gouvernement Legault ont nié toute tentative d’influence.

« Si la direction du QCGN pense que ma voix peut être achetée pour 13 % de notre budget annuel, c’est une insulte à notre intégrité en Abitibi-Témiscamingue », a dénoncé Sharleen Sullivan, directrice de Neighbours, un organisme communautaire de Rouyn-Noranda qui a lui aussi quitté le QCGN.

Selon elle, c’est le ton inutilement combatif de la direction du groupe qui a mené à la crise.

Bruce Wafer, qui préside le Comité d’action sociale anglophone (CASA) en Gaspésie, affirme que son organisme a lui aussi cumulé les doléances envers la direction du QCGN. Il lui reproche d’avoir fait fi des problèmes des anglophones en région.

« Nos réalités sont très différentes et on a un organisme de réseautage qui semble prendre la parole pour tout le monde, a-t-il résumé. Mais des fois, il ne nous écoute pas. »

Le CASA accompagne des anglophones qui souhaitent obtenir des soins de santé et soutient ses membres, par exemple lorsqu’ils cherchent un emploi. Selon M. Wafer, les plus récentes prises de position politiques du QCGN n’ont rien à voir avec la réalité des anglophones qu’il desert.

La loi 21, ici en région, ce n’est pas une grosse affaire. Je peux comprendre qu’à Montréal, ça a beaucoup plus de pertinence et de réalité quotidienne. Mais ici, honnêtement, ce n’est pas quelque chose qui nous préoccupe.

Bruce Wafer, président du conseil du Comité d’action sociale anglophone (CASA) en Gaspésie

Le QCGN est le plus important groupe anglophone du Québec. Il est intervenu dans le débat public à plusieurs reprises au cours des derniers mois, notamment pour critiquer le projet de loi sur la laïcité et celui qui vise à abolir les commissions scolaires.

Le gouvernement Legault mène depuis septembre une tournée de consultation auprès des groupes anglophones au Québec, un exercice au sujet duquel le QCGN a émis des réserves.

Le député qui pilote la tournée, Christopher Skeete, a catégoriquement nié que son gouvernement a exercé de la pression sur des groupes communautaires pour qu’ils prennent leurs distances du QCGN.

Il n’a pas souhaité commenter en détail les questions de régie interne de l’organisme, sauf pour déplorer la crise qui le secoue.

« Que la communauté d’expression anglaise soit moins unie, ce n’est pas une bonne chose, a-t-il résumé. Personne n’y gagne. »