(Québec) Le gouvernement Legault a dépensé 4000 $ en fonds publics pour tenir une conférence de presse à un coin de rue de l’hôtel du Parlement, où il aurait pu organiser l’événement sans frais.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Le 30 septembre, le ministre des Forêts Pierre Dufour a dévoilé la stratégie forestière du gouvernement de la Coalition avenir Québec dans une chic salle du Manège militaire de la Ville de Québec. Cet immeuble, restauré à grands frais au cours des dernières années, est situé au bout d’un parc situé en face du campus parlementaire.

Selon des documents obtenus par La Presse grâce à la Loi sur l’accès à l’information, la location de la salle ornée de boiseries a coûté 1000 $, taxes non comprises. À cela s’est ajoutée une note de 2967,63 $ pour la location de micros, de lutrins, de haut-parleurs et d’un projecteur.

De l’autre côté de la rue, dans l’enceinte parlementaire, le ministre aurait pu tenir l’événement sans frais puisque le siège de l’Assemblée nationale dispose de plusieurs salles à cette fin et emploie son propre personnel technique.

Au cabinet du ministre Dufour, on explique que l’emplacement de la conférence de presse a permis d’attirer des acteurs de l’industrie du bois qui participaient cette semaine-là à l’événement WoodRise à Québec. En effet, une centaine de personnes ont assisté à l’événement.

« Des gens de la Belgique, des gens de la France et du Japon ont entendu la vision du ministre », a affirmé Carl Charest, porte-parole du ministre Dufour

Cette stratégie a porté ses fruits, estime-t-il, car le ministre a par la suite été invité à prononcer deux discours à l’événement WoodRise.

Il note d’ailleurs que le précédent gouvernement du Parti libéral faisait fréquemment des conférences de presse à grand déploiement hors de l’enceinte parlementaire.

QS dénonce un « mélange des genres »

Le député de Québec solidaire Vincent Marissal ne voit pas les choses du même œil. Selon lui, le gouvernement caquiste aurait pu inviter autant de personnes qu’il l’aurait voulu s’il avait choisi de tenir l’événement à l’hôtel du Parlement.

« C’est plutôt une excuse parce qu’ils veulent faire des gros shows à l’extérieur », a-t-il déploré.

À ses yeux, la situation alimente le « mélange des genres » cultivé par le gouvernement Legault depuis son élection. Il note qu’on a fréquemment vu des ministres tenir des conférences de presse à l’extérieur de l’enceinte parlementaire, posant devant des affiches où l’on peut lire le slogan « Votre gouvernement ». M. Legault avait présenté sa mise à jour économique devant un immense drapeau du Québec l’an dernier.

« Ça me rappelle beaucoup Stephen Harper, qui, au fédéral, avait commencé ça, a noté Vincent Marissal. C’est une forme d’américanisation de la politique, une politique-spectacle en dehors des lieux de l’exercice du pouvoir. »

Il rappelle que lorsqu’il était dans l’opposition, le député caquiste Éric Caire avait présenté un projet de loi visant à interdire que des fonds publics servent à des démonstrations partisanes du parti au gouvernement.

— Avec la collaboration de William Leclerc