(Québec) Le gouvernement Legault pourrait annoncer de nouvelles mesures d’aide aux médias, celles-là pour soutenir les stations de radio et de télévision.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Le premier ministre a confirmé jeudi qu’il « n’exclut pas » de venir en aide pour les médias électroniques. Il a rappelé qu’une commission parlementaire planche sur la crise qui secoue cette industrie et que de nouvelles mesures pourraient être annoncées dans la foulée de ses travaux.

« Ça fait partie de l’analyse qu’on fait dans la commission parlementaire », a-t-il affirmé.

« On a besoin des médias pour informer la population, a-t-il ajouté. Ça fait partie de la démocratie, c’est important d’en avoir plusieurs sources, plusieurs points de vue. Il faut s’assurer que notre démocratie est en santé et ça passe par les médias. »

La veille, les ministres Nathalie Roy et Éric Girard ont annoncé un plan de 50 millions par année pour soutenir la presse écrite. Sa pièce maîtresse est un crédit d’impôt qui pourrait atteindre 26 250 $ pour les employés des salles de rédaction et des technologies de l’information.

L’annonce n’a pas satisfait tous les acteurs de l’industrie. Québecor, propriétaire du Journal de Montréal, du Journal de Québec et de TVA, a déploré que les médias électroniques ne soient pas couverts par le programme de Québec.

« Les salles de nouvelles des télévisions généralistes privées sont aussi en péril, a indiqué l’entreprise. […] Le crédit d’impôt tel qu’établi actuellement crée une discrimination envers les journalistes de la télévision. »

Le propriétaire de Québecor, Pierre Karl Péladeau, avait déclaré cet été que les éditeurs de journaux qui réclament l’aide de l’État étaient des « quêteux ».

Le ministre des Finances, Éric Girard, a défendu la stratégie retenue par son gouvernement jeudi.

« Les médias écrits sont la source de l’information générale de qualité dans notre démocratie, a-t-il dit. Nous appuyons cette industrie, c’est un choix et nous voulons contenir l’aide parce que c’est dans le respect de la capacité de payer des contribuables. »