(Toronto) Une assemblée publique organisée par le Conseil national des musulmans canadiens s’est terminée plus tôt que prévu, dimanche après-midi, à cause de manifestants qui ne cessaient d’insulter la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

La Presse canadienne

Les protestataires ont traité Mme Freland de «va-t-en-guerre». Certains brandissaient des pancartes défendant l’indépendance du Venezuela ou dénonçant la vente d’armes à l’Arabie saoudite.

L’assemblée s’est déroulée quelques jours après la publication de photographie montrant Justin Trudeau le visage grimé de noir dans des bals costumés quand il était plus jeune.

Personne n’a posé de question directe à Mme Freeland à ce sujet. Dans son allocution d’ouverture, elle a toutefois réitéré ses commentaires de vendredi au sujet du racisme et de l’intolérance qui sont inacceptables. Elle a reconnu avoir été «déçue» lorsqu’elle a vu les photographies.

Mme Freeland dit avoir accepté les excuses formulées par Justin Trudeau, parce qu’ils sont «sincères», selon elle.

Au cours de l’assemblée publique, elle a dit que c’était aux Canadiens de décider s’ils acceptaient eux-mêmes les excuses.