(Québec) La ministre des Relations internationales Nadine Girault a révélé mardi qu’elle souffre d’un cancer du poumon. Elle reprend malgré tout ses activités.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Elle avait réduit la cadence depuis le 30 août. Le cabinet du premier ministre François Legault s’était alors limité à indiquer que c’était pour des raisons de santé.

Aux côtés de M. Legault, Nadine Girault a annoncé qu’elle a reçu un diagnostic de cancer du poumon au cours de l’été, au retour d’une mission à l’étranger.

« La maladie s’est amenée comme un voleur », a-t-elle dit en conférence de presse en ce jour de rentrée parlementaire. C’était « un diagnostic plus qu’inattendu pour moi étant donné que je n’avais jamais eu de dossier médical, je n’ai jamais fumé et j’ai toujours été en grande forme physique et pleine d’énergie ».  

Elle subit des traitements depuis quelques semaines. « Selon mes médecins, je réagis très bien. Et sincèrement, je ne sens presque pas les effets secondaires. Je vous confirme que j’ai toute ma tête. Je me sens en bonne forme intellectuelle et physique. Hormis un peu de fatigue à l’occasion, rien ne m’empêche de reprendre mes activités selon mes médecins », a-t-elle affirmé.

Elle sera donc en Chambre et participera au conseil des ministres. Elle exercera pleinement ses fonctions aux Relations internationales. Elle aura toutefois un agenda un peu plus allégé » quant à ses déplacements. « C’est ma nouvelle réalité, et la vie continue ! » a-t-elle lancé. Elle dit faire cette sortie par souci de transparence.

« Les collègues avaient très hâte de revoir Nadine » après le « choc » qu’a représenté l’annonce de son diagnostic, a affirmé de son côté François Legault. « On va t’appuyer, on est avec toi pour ce combat », a-t-il ajouté en s’adressant à sa ministre.