Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, s’inspire de la formule plutôt hasardeuse des assemblées citoyennes publiques – exercice chouchou de Justin Trudeau –, pour tenter de conquérir l’électorat québécois à quelques jours seulement du déclenchement des élections fédérales du 21 octobre prochain.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le leader néo-démocrate, encore peu connu Québec, s’est livré pour la première fois à ce genre de réunion citoyenne, aussi appelée town hall, jeudi soir à Montréal. Le but avoué de la formation politique était d’ailleurs d’offrir « la chance aux gens de poser leurs questions afin d’apprendre à connaître M. Singh », a confié un stratège du NPD.

La question du port des signes religieux a rapidement été abordée par des citoyens qui s’étaient réunis dans l’église St Jax, rue Sainte-Catherine, pour entendre le chef néo-démocrate. « Qu’est-ce que ça veut dire, être sikh ? Pourquoi le turban et pourquoi changer de couleur ? », a demandé un homme, quelques minutes après le début de l’activité.

« Je suis heureux d’entendre votre question. Je voulais ça, toutes sortes de questions », a répondu M. Singh qui s’était installé au centre de la salle muni d’un micro. « Comment le NPD sera capable [de marquer des points] au Québec ? », a lancé un autre citoyen, faisant allusion à l’adoption récente par l’Assemblée nationale de la Loi sur la laïcité de l’État. « Les Québécois ont un esprit ouvert », a rassuré M. Singh.

« Il s’agit d’une question de valeurs, et ce que je peux dire, c’est que je partage toutes les valeurs progressistes du Québécois progressiste. Je suis pour le droit des femmes, ça veut dire que je suis pour le droit à l’avortement. Je suis pour le droit au mariage entre conjoints de même sexe », a-t-il notamment énuméré, sous des applaudissements bien nourris, avant d’ajouter que le Québec est l’une des provinces « les plus progressistes » du pays.

L’accès au logement abordable, la lutte contre les changements climatiques, l’immigration et la crise politique à Hong Kong sont au nombre des multiples enjeux soulevés jeudi par les électeurs. Le chef Singh a répondu aux questions du public pendant une bonne heure, en français, sauf lorsque la question lui était adressée en anglais.

L’activité, qui a réuni un peu plus de 200 personnes, a été perturbée par deux manifestants. Brandissant une pancarte sur laquelle il était écrit « La vie des Palestiniens compte », l’un d’eux a notamment déploré avec véhémence l’expulsion d’une candidate néo-démocrate à Halifax pour avoir tenu des propos controversés sur Israël.

Le chef Singh est demeuré calme pendant l’intervention des deux hommes, qui a duré de longues minutes.

OPÉRATION SÉDUCTION

Le NPD peine toujours à s’imposer au Québec dans les intentions de vote, révèlent de récents sondages.

Pour tenter de renverser la tendance, le NPD a lancé cette semaine une opération séduction, destinée au Québec, en diffusant une première publicité en français dans laquelle le chef néo-démocrate se décrit comme « pas comme les autres ». On voit d’ailleurs Jagmeet Singh sans turban dans les premières secondes de la publicité.

« Il s’agit, oui, d’un choix pour le marché québécois », a admis un stratège néo-démocrate. « Nous savons que les signes religieux, c’est un dossier pointu, au Québec, alors c’est vraiment pour faire connaître le chef, le présenter et, oui, démystifier le turban. Au-delà de ça, nous voulons mettre de l’avant le côté progressiste de ses idées », a-t-il ajouté.

La dernière semaine a été plutôt éprouvante pour le NPD, alors que le Parti vert annonçait que 14 candidats qui avaient défendu les couleurs de la formation politique sur la scène provinciale au Nouveau-Brunswick se rangeaient derrière le Parti vert, ce qui a été démenti par certains d’entre eux. Jagmeet Singh a parlé à cet égard de « fausseté » et d’« acte désespéré » des verts.

Le NPD n’a encore nommé aucun candidat au Nouveau-Brunswick.

Au Québec, les néo-démocrates accusent aussi du retard au chapitre du nombre de candidats investis avec seulement 31 nominations sur un total de 78 circonscriptions. Mercredi, le NPD a annoncé que le cinéaste Hugo Latulippe briguerait l’investiture dans Montmagny–L’Islet-Kamouraska–Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent.