(Québec) Ministre de l’Immigration et leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette obtiendra ce matin de nouvelles responsabilités. Il devient responsable du dossier linguistique, un dossier qui, traditionnellement, relevait du titulaire de la Culture.

Denis Lessard Denis Lessard
La Presse

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Au cabinet de François Legault, on parlait « d’ajustements » plutôt que de remaniement - aucun nouveau ministre n’est introduit, aucun n’est mis en touche.

La décision de confier le dossier à M. Jolin-Barrette témoigne de la confiance de François Legault envers le ministre qui a livré la loi sur la laïcité et les nouvelles balises pour les nouveaux arrivants. Inversement, c’est un avertissement pour la titulaire de la Culture, Nathalie Roy, qui perd ce dossier délicat.

M. Jolin-Barrette sera aussi officiellement responsable de la réforme parlementaire, un dossier dont il s’occupait déjà dans les faits, assure-t-on.

Après le dossier de la laïcité, le gouvernement a décidé de mettre l’accent sur celui de la langue. Déjà, le mois dernier, La Presse révélait que Québec veut rouvrir la loi 101, pas pour en élargir la portée, mais bien pour créer un poste de Commissaire à la langue française, un nouveau chien de garde relevant de l’Assemblée nationale. Ce commissaire serait chargé entre autres de recevoir les plaintes du public et de formuler des recommandations à Québec sur les mesures à prendre pour préserver le statut du français comme langue commune.

Cette mesure fait partie des engagements électoraux de la Coalition avenir Québec (CAQ). Or, elle donnait l’impression de passer à la trappe depuis l’arrivée au pouvoir des troupes de François Legault. Elle faisait partie des recommandations de la députée Claire Samson dans un rapport déposé en 2016 et visait à définir la position de la CAQ sur la langue.

Exclue de la formation du Conseil des ministres, l’élue dans Iberville a manifesté son intention, plus tôt cet été, de faire pression sur le gouvernement pour qu’il respecte ses engagements et qu’il reprenne ainsi les recommandations de son rapport. Parmi les autres recommandations, il y a la francisation obligatoire des immigrants – une mesure que le gouvernement envisage manifestement en réunissant les dossiers de l’immigration et de la langue sous la responsabilité d’un même ministre.

« Marketing », selon le PQ

À Valleyfield, où ses députés sont réunis pour préparer la session parlementaire, le chef du Parti québécois Pascal Bérubé a indiqué que le remaniement relève de la « régie interne » du gouvernement Legault. Selon lui, il faut juger les résultats en matière linguistique plutôt que l’identité du ministre responsable.

« Est-ce qu’ils ont proposé quelque chose ? Rien, a-t-il dit. C’est du marketing, ce gouvernement-là et le nationalisme, chez nous, c’est une conviction sincère. Ce n’est pas un instrument électoral. »

Le PQ propose d’assujettir les entreprises de moins de 50 employés et les sociétés à charte fédérale comme les banques à la loi 101.

-Avec la collaboration de Martin Croteau