(Québec) Le Parti québécois (PQ) dévoilera la semaine prochaine une déclaration de principe sur l’indépendance en vue de son adoption à son congrès de novembre.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

Il s’agira d’une de ses deux propositions principales qui seront présentées à ce congrès de refondation prévu à Trois-Rivières, selon ce qu’a appris La Presse canadienne. L’autre proposition change complètement les règles internes du parti pour les moderniser.

Le PQ dit ainsi vouloir être plus « à l’écoute des besoins des gens ».

Il n’a pas été possible de consulter le libellé des propositions qui seront rendues publiques la semaine prochaine au cours du caucus des élus du PQ à Valleyfield.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne diffusée jeudi, la présidente du PQ, Gabrielle Lemieux, a dit que la formation veut ainsi « aller à la rencontre de la population » avec une nouvelle approche.

Le parti veut « recentrer » son action sur l’indépendance du Québec, a-t-elle évoqué, mais pas seulement en parlant de souveraineté.

« Pas seulement parler, mais écouter, et ça, c’est un apprentissage, une leçon qu’on doit retenir. Même si c’est notre projet de société, on peut aussi être à l’écoute des besoins des gens. »

La déclaration de principe sur l’indépendance tient en moins de deux pages, ce qui est « déjà un succès au PQ de clarifier qui on est en peu de mots », a reconnu Mme Lemieux.

Les deux propositions sont issues d’une longue démarche de 125 consultations et d’un questionnaire en ligne.

« Le constat est assez clair : on devait vraiment se remettre au service de l’indépendance, mais aussi moderniser notre approche par rapport à l’indépendance, c’est un défi qu’on avait et on a confiance qu’on a réussi à l’aborder. […] Le PQ n’aura plus 20 ou 30 priorités, il en aura une, faire avancer l’indépendance. »

Autre constat clair : « les gens demandent plus de cohérence » et une organisation plus efficace pour mieux promouvoir l’indépendance, a-t-elle poursuivi. La structure de la formation et ses règles n’avaient pas été revues depuis très longtemps.

« On est parti d’une page blanche » pour s’inspirer des « pratiques innovantes » d’autres partis dans le monde, a commenté Mme Lemieux. Les deux propositions pourront être bonifiées dans des congrès régionaux à venir, avant le congrès national.

Ce congrès de novembre doit donner naissance à un « nouveau Parti québécois ». Le PQ élira ensuite un nouveau chef en 2020, puis le prochain défi sera les élections de 2022.

« On a tous les espoirs de gagner les futures élections », a conclu la présidente du PQ, qui terminera son mandat au congrès d’octobre.