(Ottawa) À la demande du commissaire des débats des chefs, le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier, a identifié cinq candidats qui ont selon lui des chances de l’emporter le 21 octobre prochain.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Évidemment, la liste débute avec sa propre candidature dans son fief de Beauce, où il a été élu sans interruption depuis 2006. On y retrouve ensuite le nom de Renata Ford, veuve de l’ex-maire de Toronto Rob Ford, qui se présente dans Etobicoke North.

Suivent l’ancien ministre conservateur Steven Fletcher, qui brigue les suffrages au Manitoba, l’ex-député conservateur Corneliu Chisu, ainsi que Mark King, un ancien candidat conservateur qui a été destitué par le parti en juillet dernier.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Steven Fletcher

Dans la lettre qu’il a envoyée au commissaire David Johnston, Maxime Bernier réitère son désaccord avec le verdict préliminaire de la commission, qui ne lui a pas donné de laissez-passer pour les débats nationaux du 7 et du 10 octobre.

La commission a statué le 12 août dernier qu’il ne respectait pas au moins deux des trois critères d’admissibilité. Or, selon le chef du PPC, le troisième critère sur les « véritables possibilités » de faire élire plus d’un candidat a été mal interprété.

Il estime que l’on n’a pas tenu compte du « contexte politique récent, notamment le niveau élevé de volatilité et de désaffection de l’électorat, et le fait que des partis populistes similaires au PPC ont connu une croissance très rapide dans d’autres pays ».

Par ailleurs, « en tant que très jeune parti, nous disposons de peu d’informations sur la répartition régionale de notre appui à travers le pays », écrit le Beauceron dans cette missive datée du 23 août.

« Nous n’avons pas non plus les ressources financières pour mener des sondages dans 338 circonscriptions afin de déterminer si plus d’un candidat a une chance raisonnable d’être élu à ce moment », ajoute-t-il.

Le leader autoproclamé du PPC consacre le reste de la lettre de huit pages à faire la démonstration que les médias s’intéressent beaucoup plus à lui qu’à certains de ses rivaux ayant été invités aux joutes oratoires.

« Vous noterez que j’ai reçu une couverture médiatique 1,5 fois supérieure à celle d’Elizabeth May [Parti vert] et 25 fois supérieure à celle d’Yves-François Blanchet [Bloc québécois] […] et plus de la moitié de celle de Jagmeet Singh », insiste Maxime Bernier.

Il a inclus dans sa réponse une série d’articles de commentateurs s’étant prononcée en faveur de sa participation aux débats sur le même plateau que Justin Trudeau, Andrew Scheer, Jagmeet Singh, Elizabeth May et Yves-François Blanchet.

Rappelons que le Nouveau Parti démocratique (NPD) s’est opposé à la présence du chef populaire aux débats, sous prétexte que cela lui servirait de plateforme pour véhiculer son idéologie de « haine et d’intolérance ».