(Ottawa) La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a condamné la violence qui sévit à Hong Kong au moment où les tensions s’enveniment entre les partisans de la démocratie et forces policières.

La Presse canadienne

Mme Freeland a publié samedi une déclaration commune avec sa collègue de l’Union européenne, Federica Mogherini.

Dans cette déclaration, le Canada et l’Union européenne disent appuyer « le degré élevé d’autonomie » de Hong Kong par rapport à la Chine, rappelant notamment que la liberté de réunion publique était garantie par la Loi fondamentale et les accords internationaux.

Ils ont exhorté les parties à faire preuve de retenue devant le « nombre croissant d’incidents violents inacceptables ».

Depuis le début du mouvement de protestation, les manifestants accusent le gouvernement communiste de la Chine de grignoter les droits démocratiques de la population de Hong Kong.

Chrystia Freeland et Federica Mogherini ont déclaré qu’il était « essentiel de s’engager dans un processus de dialogue étendu et inclusif, impliquant tous les principaux intéressés ».