(Ottawa) L’opposition veut convoquer une réunion d’urgence d’un comité pour entendre le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, Mario Dion, parler du rapport dans lequel il conclut que Justin Trudeau a contrevenu aux règles d’éthique.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Les conservateurs et le néo-démocrate qui siègent au comité permanent de l’éthique ont écrit au président, le conservateur Bob Zimmer, pour demander qu’une réunion se tienne à Ottawa dans les cinq prochains jours.

Dans le «Rapport Trudeau II» qui a été publié mercredi, le commissaire Dion a déterminé que le premier ministre s’est prévalu de sa position d’autorité pour influencer l’ancienne ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, pour servir les intérêts de SNC-Lavalin.

«C’est extrêmement préoccupant. Ces conclusions indiquent que Justin Trudeau a utilisé le pouvoir de son poste pour récompenser ses amis et punir ses critiques», écrivent les conservateurs Jacques Gourde et Peter Kent dans leur missive datée de jeudi.

Le néo-démocrate Charlie Angus, qui avait demandé à Mario Dion de faire enquête, avait formulé la même requête la veille, ajoutant que le premier ministre Trudeau, son ministre des Finances, Bill Morneau, ainsi que l’ancien chef de cabinet de celui-ci, Ben Chin, devraient aussi être conviés à la table.

«De plus, je demande que nous invitions le greffier du Conseil privé à comparaître pour expliquer sa décision de ne pas partager les documents confidentiels importants du cabinet avec le commissaire», a-t-il écrit dans sa lettre.

Le rapport de Mario Dion fait état du refus auquel s’est heurté le commissaire lorsqu’il a demandé des renseignements que des témoins avaient évoqué et dit juger «pertinents» Le greffier Ian Shugart n’a pas voulu les lui transmettre.

C’est la seconde fois en l’espace de moins de deux ans que Justin Trudeau encaisse un blâme du commissaire à l’éthique. La première fois, en décembre 2017, la commissaire de l’époque, Mary Dawson, lui avait tapé sur les doigts pour son voyage chez l’Aga Khan.

Après la publication du «Rapport Trudeau» portant sur cette escapade chez le richissime leader spirituel, les députés de l’opposition du comité avaient réclamé et obtenu, en janvier 2018, la comparution de Mary Dawson.

Au bureau du commissaire Dion, on a signalé jeudi que celui-ci n’accordait pas d’entrevues aux médias. Il n’a pas encore été possible de savoir s’il se rendrait disponible pour témoigner devant le comité parlementaire.