Le Nouveau parti démocratique (NPD) recrute une élue de Projet Montréal pour défendre la bannière néo-démocrate dans la circonscription Ville-Marie – Le Sud-Ouest – L’Île-des-Soeurs pour l’heure détenue par les libéraux.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

La conseillère d’arrondissement du district Saint-Henri-Est – Petite-Bourgogne – Pointe-Saint-Charles – Griffintown, Sophie Thiébaut, briguera l’investiture du NPD – elle est actuellement seule en lice – dans la circonscription montréalaise en vue de porter les couleurs de la formation politique au scrutin fédéral du 21 octobre prochain.

Élue municipale depuis 2009, elle tentera le saut sur la scène fédérale notamment pour faire avancer les enjeux liés à la réduction des gaz à effets de serre et au logement qui sont davantage dans la cour d’Ottawa, dit-elle.  

«La Ville fait ce qu’elle peut, avec les moyens qu’elle a, c’est au niveau du fédéral que l’on peut réellement changer les choses en lien avec les enjeux environnementaux», a-t-elle fait valoir lors d’une conférence de presse lundi matin. Mme Thiébaut a été présentée aux médias par le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice, qui lui a donné son appui.

Il estime que Mme Thiébaut serait «une voix forte» à la Chambre des communes, capable de «défendre les intérêts des gens» de sa circonscription.

«C’est quelqu’un qui aura la liberté de parole et la liberté d’action [au Parlement] contrairement à certains backbenchers libéraux [députés d’arrière-ban] qui sont obligés de suivre les lignes du premier ministre», a-t-il lancé, décochant une flèche au député sortant de l’endroit et proche de Justin Trudeau, Marc Miller.

Marc Miller a été élu dans Ville-Marie – Le Sud-Ouest – L’Île-des-Sœurs avec 50,8% des voix lors des élections fédérales de 2015. Le NPD avait à l’époque récolté 23,4% des votes.

«Déjà, je pense que ma présence sur le terrain n’est pas comparable à celle du député sortant, à ce niveau-là, les citoyens pourront faire la différence», a pour sa part indiqué Sophie Thiébaut. «Après, c’est une question de choix politiques […] Les choix et les gestes du Nouveau parti démocratique n’ont rien à voir avec les choix et les gestions qui sont posés par le gouvernement libéral», a-t-elle ajouté.

Sophie Thiébaut explique qu’elle prend ainsi une pause de la politique municipale. Si elle n’est pas élue le 21 octobre prochain, elle reprendra ses fonctions de conseillère d’arrondissement. Elle a confirmé avoir avisé le cabinet de la mairesse Valérie Plante de ses visées politiques.

Pas d’inquiétudes au NPD

Alors que le NPD tire de l’arrière dans les sondages, et que la formation politique compte jusqu’à présent qu’une vingtaine de candidats nommés au Québec – ce qui est beaucoup moins que les libéraux et les conservateurs –, Alexandre Boulerice ne se dit pas inquiet à un mois du déclenchement des élections générales.  

«Je vous rappelle la vague orange de 2011, six mois avant les élections, on était à 15% dans les sondages au Québec, tout le monde disait que le NPD allait patauger comme d’habitude, qu’on ne ferait élire personne. On a fait élire 59 députés [au Québec]», a soutenu le chef adjoint. Il assure qu’une trentaine d’investitures doivent avoir lieu en août.

«Je suis confiant, nous avons un chef charismatique, dynamique, on a un super bon programme, très audacieux, très progressiste. Je pense que lorsque les gens vont porter attention aux élections fédérales, ils vont se dire: "je suis déçu des libéraux, je ne veux pas voter pour les conservateurs", et le NPD sera la bonne alternative», a-t-il ajouté.

Selon les dernières projections du site Canada338, le NPD récolte 13,7% des intentions de vote, ce qui le place tout juste devant le Parti vert du Canada (10,9%) et loin derrière le Parti conservateur (34,1%) et le Parti libéral (33,2%).

L’investiture dans Ville-Marie – Le Sud-Ouest – L’Île-des-Sœurs se tiendra le 26 août prochain.