(Québec) Le gouvernement Legault renforcera la réglementation sur les résidences pour personnes âgées, dans la foulée de la mort tragique de la mère de l’ancien chef bloquiste Gilles Duceppe.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

« Ce n’est pas un commerce, vous accueillez les personnes âgées qui peuvent devenir éventuellement plus vulnérables, vous avez une responsabilité morale », a lancé comme avertissement, mercredi, la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, aux propriétaires de résidences pour personnes âgées. Elle veut resserrer le règlement sur les résidences privées pour aînés qui a été modifié en 2018.

Rappelons qu’un rapport accablant de la coroner Géhane Kamel a été déposé mardi, sur la mort de Hélène Rowley Hotte Duceppe, le 20 janvier dernier.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Marguerite Blais

La femme de 93 ans avait quitté son appartement de la Résidence Lux Gouverneur à Montréal, à 4 h 58, à cause du déclenchement d’une alarme, mais elle n’a jamais pu retourner à l’intérieur de l’édifice, parce que la porte s’est verrouillée. Elle est morte d’hypothermie, par moins 35 degrés, au bout de plusieurs heures. Sa longue agonie a été filmée par une caméra de surveillance, mais aucun employé ne semble l’avoir remarquée.

« Indescriptible »

En mêlée de presse mercredi matin avant de se rendre à la séance du conseil des ministres, Mme Blais a fait savoir qu’elle avait parlé longuement à M. Duceppe qui avait « une peine incommensurable » la veille.

« C’est indescriptible de voir cette dame se battre pour sa vie jusqu’au bout, a commenté la ministre. C’est pas mal plus que décourageant, c’est d’une très grande tristesse. […] Il y a beau avoir des caméras, mais il faut être capable de les regarder. »

Mme Blais a rencontré mercredi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, et sa collège responsable de l’Habitation et de la Régie du bâtiment, Andrée Laforest.

Règlement

Elle révisera le Règlement sur les conditions d’obtention d’un certificat de conformité et les normes d’exploitation d’une résidence privée pour aînés pour resserrer la sécurité. Le résultat devrait être rendu public l’automne prochain.

Ce règlement prévoit déjà des dispositions sur le nombre minimum de surveillants, préposés, selon les quatre catégories de résidences. Il prévoit aussi déjà que dans certains cas, ces personnes doivent connaître le plan de sécurité incendie, suivre des formations, etc.

Un règlement doit être approuvé au conseil des ministres puis prépublié dans la Gazette officielle pour une période de consultation de 45 jours. Il est ensuite publié officiellement avec ou sans modifications.

Recommandations

Dans son rapport, la coroner a recommandé de désigner une personne pour surveiller les caméras et s’assurer de la sécurité des résidants.

Elle a aussi suggéré de faire une tournée visuelle obligatoire dans les cages d’escalier et à l’extérieur des bâtiments à chaque déclenchement d’une alarme incendie.

Elle recommande également de s’assurer du décompte des résidants dès le déclenchement d’une alarme incendie pour les trois tours, avec une vérification de réintégration inscrite dans le plan des mesures d’urgence.