Source ID:ca2cd99af5ea301e9e8f298ed5d1b14e; App Source:StoryBuilder

Maxime Bernier se dit victime de «fausses nouvelles»

« De plus en plus de fausses nouvelles sont... (PHOTO MARK BLINCH, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

« De plus en plus de fausses nouvelles sont publiées chaque semaine sur le Parti populaire. Les journalistes déforment mon message. Ils essaient de nous lier à des extrémistes », expose Maxime Bernier dans un courriel envoyé à ses partisans.

PHOTO MARK BLINCH, ARCHIVES REUTERS

Accusant les médias traditionnels de « déformer son message », le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, exhorte ses militants à encourager plutôt le journalisme citoyen pour contrer les « fausses nouvelles ».

L'élu, qui a défrayé la chronique cette semaine en affirmant que les femmes avaient « d'autres priorités » que de se lancer en politique et en laissant planer le doute sur ses intentions en matière de droit à l'avortement, y est allé de cette suggestion jeudi.

« De plus en plus de fausses nouvelles sont publiées chaque semaine sur le Parti populaire. Les journalistes déforment mon message. Ils essaient de nous lier à des extrémistes », expose-t-il dans un courriel envoyé à ses partisans.

Les reporters, également, « inventent des pseudo controverses sur nos candidats », et « vous pouvez être sûr qu'à mesure que les élections approchent, les médias ne nous ferons (sic) pas de cadeaux », rechigne le chef populaire dans cette même missive.

La résistance pour « contrecarrer cette propagande » passe par le partage du message populaire sur les plateformes comme Twitter ou Facebook, car « plus nous aurons de journalistes citoyens, plus grand sera notre impact », peut-on lire dans ce courriel.

En conférence de presse à Québec, mardi, le chef Bernier a fait sourciller en réaffirmant qu'il ne s'opposerait pas à ce qu'un député d'arrière-ban présente un projet de loi qui rouvrirait le débat sur l'avortement.

Le Beauceron n'a pas voulu préciser où il logeait sur cet enjeu, mais à l'époque où il était chez les conservateurs, il votait contre les mesures législatives mise de l'avant par des députés d'arrière-ban qui visaient à accorder un statut juridique au foetus.

Il avait convoqué les médias pour présenter une brochette de candidats, parmi lesquels se trouvaient l'ex-syndicaliste Ken Pereira. Un recensement de son fil Twitter effectué par La Presse canadienne a permis de mettre au jour des publications controversées.

Il a notamment comparé la lutte aux changements climatiques à l'« État radical islamique », il semble croire que le vaccin contre la rougeole cause l'autisme, et il publie fréquemment des liens provenant de sites web qui répandent de « fausses nouvelles ».

-Avec La Presse canadienne




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer