Source ID:33fbe5e466d53be89f8254ca7463685c; App Source:StoryBuilder

Legault «souhaite que Dieu existe»

« Moi, je souhaite que Dieu existe, car je... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

« Moi, je souhaite que Dieu existe, car je pense que la vie serait injuste sinon », a conclu François Legault, qui a été baptisé catholique, mais qui est non pratiquant.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

(Québec) Les débats entourant les consultations du projet de loi 21 sur la laïcité de l'État apportent leur lot de questions inusitées, rarement posées aux parlementaires. Mercredi, la question fondamentale a donc été posée au premier ministre François Legault en mêlée de presse : Dieu existe-t-il ?

« En vieillissant, c'est une question qu'on se pose de plus en plus », a répondu, songeur, M. Legault, qui aura à la fin du mois 63 ans. 

« On peut dire que Dieu existe, [ou] on peut dire que tout est un hasard. Mais c'est un hasard assez spécial qu'il y ait eu le big bang, la vie, des êtres humains qui pensent, a-t-il poursuivi. Personne peut confirmer par la science ni une position ni l'autre. »

« Moi, je souhaite que Dieu existe, car je pense que la vie serait injuste sinon », a conclu le premier ministre, qui a été baptisé catholique, mais qui est non pratiquant. 

Les consultations particulières du projet de loi 21 du ministre Simon Jolin-Barrette se poursuivent mercredi à l'Assemblée nationale. Après Charles Taylor, mardi, voilà que Gérard Bouchard présentera en après-midi ses observations aux parlementaires. 

À son arrivée au Salon rouge, la députée libérale Hélène David n'a pas exprimé ses convictions religieuses.

« Est-ce que vous êtes capables de lire le titre [du projet de loi]? La laïcité de l'État. Pas la laïcité personne », a-t-elle déclaré d'un ton grave, brandissant une copie du projet de loi. 

Le député solidaire Sol Zanetti, qui avait déjà répondu mardi qu'il était non-croyant, a ajouté qu'au Québec, contrairement à d'autres États dans le monde (notamment aux États-Unis), on demande rarement aux politiciens s'ils croient en Dieu.

« On sait au Québec que ce n'est pas selon la religion que se prennent les décisions politiques », a-t-il exposé.

Le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé, a quant à lui affirmé que sa foi était « personnelle » et qu'il travaillait pour tous les Québécois, de toutes les confessions religieuses. 

« Comme parlementaire, on représente des gens de toutes confessions. Nos convictions personnelles ne doivent jamais avoir préséance sur les législations qu'on adopte », a affirmé celui qui se décrit comme un catholique « baptisé et confirmé ». 

Le ministre responsable du projet de loi sur la laïcité de l'État, Simon Jolin-Barrette, a refusé de répondre aux questions sur ses convictions religieuses.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer