(QUÉBEC) « Sans vision ni mission », le Parti libéral du Québec (PLQ) a connu sa pire défaite électorale, faute d’avoir su mobiliser ses membres avec un programme novateur qui aurait remporté l’adhésion des Québécois.

Denis Lessard Denis Lessard
La Presse

Après la dégelée électorale, les dirigeants du PLQ avaient procédé à un vaste sondage sur les causes de la défaite. Le bilan, dévastateur, n’a pas été distribué au sein de l’organisation ni même parmi les députés, mais La Presse a eu accès à la présentation PowerPoint montrée aux élus à la fin du mois de janvier.

Les lendemains de la campagne ont tourné au règlement de comptes au PLQ. Avant de claquer la porte, l’ancien président du parti Antoine Atallah, dans le dernier exécutif qu’il a présidé, au début de mars, a tiré à bout portant sur l’organisation de la campagne. Le directeur du PLQ, Sylvain Langis, alors en vacances au Costa Rica, avait été mis en communication par téléphone. Dès qu’il a eu raccroché, le torrent des récriminations a été mis sur la table, derrière les portes closes.

La semaine dernière, confirmant la nouvelle de La Presse voulant qu’elle devenait la directrice générale du PLQ, l’ex-députée Véronyque Tremblay a indiqué que le parti avait procédé à un sondage exhaustif de l’opinion des membres après la défaite du 1er octobre. Mais les conclusions étaient restées confidentielles. 

Par internet ou par des réunions d’associations de circonscription, le PLQ a enregistré le constat de plus de 3400 personnes, a indiqué le directeur général sortant, Sylvain Langis, qui n’a pas voulu commenter les conclusions obtenues. 

« La bonne nouvelle, c’est qu’en fin d’exercice, plus de 1500 personnes se sont dites prêtes à mettre l’épaule à la roue pour reconstruire », a-t-il insisté.

Les deux pages de « conclusions » colligées à partir de ce coup de sonde sont dévastatrices. Lors de la dernière campagne, le PLQ a été desservi par un « manque de communications ». Les engagements électoraux « sortant au compte-gouttes », on n’avait même pas produit d’organigramme de la structure de l’organisation. La formule des coordonnateurs régionaux « à temps partiel ne fonctionne pas », constate-t-on.

Les organisateurs sur le terrain ont aussi déploré le « manque de ressources pour préparer les débats locaux » ; même les pancartes ont été critiquées.

Un des problèmes des libéraux était le manque de valorisation pour les bénévoles. « Les militants ne se retrouvaient aucunement dans le programme électoral », alors « le personnel et les militants étaient démotivés et démobilisés ». En fait, toute la stratégie était en déficit de vision. 

« Pas de mission ni vision. Il manquait le pourquoi de cette campagne », tranche-t-on dans les conclusions de l’enquête.

La députée de Saint-Laurent Marwah Rizqy a ironisé sur un programme environnemental qui voulait troquer les pailles en plastique pour « des pailles en bambou », avait-elle dit, sarcastique. Le bilan du parti la rejoint : « le thème de l’environnement a été traité trop tard et avec des mesures trop tièdes », ont retenu les permanents après avoir compilé les réponses des militants.

Les libéraux de la base n’ont pas été tendres avec leurs stratèges. Même si la date des élections était connue des années à l’avance, on a versé dans l’improvisation, on n’avait « pas l’impression que c’était une élection à date fixe ». Par exemple, « l’équipe de campagne s’est mise en place trop tard » ; ici, les yeux se tournent vers l’organisateur en chef Hugo Delorme, qui était en vacances au Portugal à quelques semaines du début de la campagne. L’organisation n’avait pas prévu non plus le nombre, « important », de débats locaux. Les annonces de campagne pour les candidats n’étaient pas coordonnées et, dans les circonscriptions, on ne connaissait pas les règles quant aux dépenses et à la préparation d’un budget.

Finalement, le PLQ a été tiré par le bas à cause d’un manque de préparation – des bénévoles mais aussi des candidats, qui « n’étaient pas bien formés à faire campagne ». Dans les circonscriptions, les responsables des communications et même les organisateurs en chef n’avaient pas bénéficié d’une formation. Le logiciel pour la préparation des tournées est arrivé « trop tard » et, encore là, la formation était « déficiente ».