Source ID:4e1f31c88501339086fda59014d6a89e; App Source:StoryBuilder

«Pas d'acceptabilité sociale» pour les pipelines au Québec, dit Legault

François Legault s'est toutefois dit « ouvert » à aider... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

François Legault s'est toutefois dit « ouvert » à aider l'Alberta à acheminer son gaz naturel vers les marchés d'exportation.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

(Québec) N'en déplaise à Jason Kenney, les Québécois n'ont aucun intérêt pour un nouveau projet de pipeline, a affirmé le premier ministre François Legault, mercredi.

Le premier ministre a félicité le leader conservateur, qui a remporté les élections en Alberta mardi soir.

M. Kenney, un ancien ministre de Stephen Harper, souhaite abolir la tarification du carbone instaurée par la néo-démocrate Rachel Notley et contester le plan de lutte aux changements climatiques du gouvernement fédéral. Il souhaite aussi relancer les projets d'oléoducs vers la Colombie-Britannique et l'est du pays.

Pour ce faire, il a lancé un appel à l'aide aux Québécois dans un passage en français de son discours de victoire.

Or, a rétorqué François Legault mercredi, ce débat est terminé depuis longtemps au Québec et il n'est pas question de le rouvrir.

« Il n'y a pas d'acceptabilité sociale pour un nouvel oléoduc de pétrole au Québec », a-t-il dit sans détour.

Il a souligné que la moitié du pétrole consommé au Québec provient déjà de l'Ouest canadien depuis l'inversion du pipeline Enbridge.

Le premier ministre s'est toutefois dit « ouvert » à aider l'Alberta à acheminer son gaz naturel vers les marchés d'exportation. Il a réitéré son intérêt pour le projet de GNL Québec de bâtir un gazoduc et un terminal de liquéfaction près de Saguenay.

La Constitution canadienne prévoit que le gouvernement fédéral règlemente les aérodromes, tours de téléphonie cellulaire, ports et pipelines interprovinciaux. Mais le gouvernement caquiste estime que le Québec peut refuser un projet d'oléoduc sur son territoire.

« On a toute la légitimité de refuser des projets d'oléoducs, a dit le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien. Notre principal enjeu, ça a toujours été l'acceptabilité sociale. »

Alors qu'il s'oppose à un nouvel oléoduc, le gouvernement Legault a récemment

soutenu un projet ferroviaire qui permettra d'acheminer du charbon et du pétrole de l'Ouest canadien pour l'exporter à partir de la Côte-Nord.

Comment Québec peut-il s'opposer à un projet d'oléoduc tout en appuyant un projet de transport de pétrole par rail ?

« Le pétrole, on n'a pas d'hydrocarbures exploités au Québec, a répondu le ministre Julien. Et on a encore besoin d'hydrocarbures au Québec. Donc à ce moment, il faut que l'hydrocarbure rentre sur le Québec. Mais pour ce qui est de l'oléoduc, il n'y a pas d'acceptabilité sociale. »

Le Québec fait sa part

Le ministre des Finances, Eric Girard, considère que le Québec fait sa part pour aider l'Alberta, qu'il a même « déjà fait des efforts extrêmement importants ».

« On peut parler de ce qu'on n'a pas fait, mais il faut parler aussi de ce qu'on a fait. On a inversé le pipeline 9b, on a augmenté notre importation de pétrole de l'Ouest », a-t-il souligné. Le flux de cet oléoduc d'Enbridge, qui se dirige vers les raffineries de l'est de Montréal, a été inversé il y a quelques années, et « environ 60 % de notre pétrole provient de l'Alberta » aujourd'hui.

En campagne électorale, Jason Kenney a évoqué l'idée de déclencher un référendum sur le programme de péréquation si les projets d'oléoducs ne vont pas de l'avant. Il considère que sa province est lésée en vertu de la formule actuelle. Le ministre québécois des Finances, Eric Girard, a rappelé que le programme de péréquation vient d'être renouvelé pour une durée de quatre ans. Du reste, « c'est un programme fédéral » et « ce n'est pas la responsabilité de l'Alberta de décider quels sont les programmes fédéraux », a-t-il plaidé lors d'une mêlée de presse.

Il reconnaît que le Québec touche « une part importante de la péréquation », mais il ajoute que d'autres provinces « en reçoivent plus, toutes proportions gardées », c'est-à-dire le montant par habitant.

De son côté, la ministre responsable des Relations canadiennes, Sonia LeBel, salue « l'ouverture de M. Kenney à discuter avec le Québec ». « On verra ce qu'il a à nous offrir. C'est difficile pour nous de rejeter une main tendue », a-t-elle dit, refusant d'aborder un dossier précis.

« Historiquement, le Québec et l'Alberta ont toujours partagé des objectifs communs, surtout en matière de défense des compétences provinciales. Je pense que sur ça il faut être positif. [...] Donc, on va voir dans le futur ce qui va se passer », a ajouté Mme LeBel.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer