Source ID:8de318d878893fb79bc683e23580dbaf; App Source:StoryBuilder

Laïcité: Legault n'exclut pas d'utiliser le bâillon

Le premier ministre François Legault a affirmé jeudi qu'une... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le premier ministre François Legault a affirmé jeudi qu'une décision finale sur l'utilisation du bâillon n'est pas prise.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

(Québec) François Legault n'exclut pas d'utiliser le bâillon pour faire adopter le projet de loi sur la laïcité, car « étirer le dossier ne serait pas nécessairement bon pour la cohésion sociale ».

Le premier ministre a affirmé jeudi qu'une décision finale sur l'utilisation du bâillon n'est pas prise. Il estime qu'il est toutefois possible d'adopter la loi sans recourir à cette procédure, alors qu'il reste cinq semaines de travaux en commission parlementaire pour entendre les groupes invités à se prononcer.

« Je pense qu'on a le temps de faire un débat, il n'y a pas de décision de prise pour ce qui est de la date d'adoption, mais ça fait 11 ans qu'on parle de ce sujet. Je pense que tout a été dit [...]. Il est temps qu'on tourne la page, [car] étirer le dossier ne serait pas nécessairement bon pour la cohésion sociale », a dit M.  Legault jeudi.

Le chef par intérim du Parti libéral, Pierre Arcand, affirme pour sa part que « n'importe quel parlementaire d'expérience vous dira que cinq semaines pour un projet de loi aussi important [...], ça nous apparaît totalement inacceptable ».

« Votre mentor, René Lévesque, a toujours refusé de bâillonner l'Assemblée nationale lorsqu'il a été question des droits fondamentaux des Québécois. La triste réalité, c'est que contrairement à lui, vous méprisez ceux qui ne pensent pas comme vous. Vous dites même aux futurs enseignants : si vous n'êtes pas contents, allez voir ailleurs. Est-ce que vous êtes vraiment digne de la fonction de premier ministre ? », a affirmé M. Arcand lors de la période des questions.

« Je ne descendrai pas aussi bas que le chef de l'opposition officielle », a ensuite répliqué François Legault.  

Diviser sur la base de la langue ?

Le chef libéral par intérim Pierre Arcand croit aussi que François Legault tente de diviser les Québécois entre francophones et anglophones sur le projet de la laïcité.

« J'ai senti hier que le premier ministre voulait en faire [...] une affaire entre anglophones et francophones. Mais quand je lis Lysiane Gagnon, quand je lis Francine Pelletier, quand j'entends [la mairesse de Montréal Valérie] Plante ou des syndicats d'enseignants, je [constate] que ce n'est pas une affaire de francophones contre anglophones », a dit M.  Arcand jeudi.

Mercredi, en réponse à des questions de la presse parlementaire, le premier ministre Legault a comparé des manifestations qui ont été organisées à Montréal - notamment devant une école secondaire de Westmount - aux manifestations qui s'organisaient à l'époque de l'adoption de la loi 101.

« Le premier ministre tente de diviser [les Québécois] lorsqu'ils comparent les valeurs canadiennes aux valeurs du Québec. Je dois lui rappeler que nous avons une Charte des droits qui a aussi été adoptée ici, à l'Assemblée nationale », a-t-il dit.

Le projet de loi sur la laïcité prévoit interdire le port de signes religieux pour les employés de l'État en position d'autorité, incluant les enseignants.

-Avec Tommy Chouinard, La Presse




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer