Après un week-end de manifestations monstres en Catalogne, La Presse a appris que le gouvernement canadien vient de refuser officiellement une autorisation de voyage à l’ex-président catalan Carles Puigdemont, qui souhaitait s’envoler vers le Québec pour parler d’indépendance.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Ni le gouvernement fédéral, ni l’avocat de M. Puigdemont, Me Stéphane Handfield, n’ont souhaité commenter l’affaire mardi matin. Mais une source proche du dossier, qui n’était pas autorisée à parler publiquement, a confirmé que ce sont les accusations criminelles en Espagne contre le demandeur, jugées préoccupantes par les fonctionnaires, qui ont pesé dans la balance.

Pour parler du référendum

M. Puigdemont avait été approché par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal pour venir parler du référendum de 2017 sur l’indépendance de la Catalogne.

Comme les voyageurs de la quasi-totalité des pays européens, il avait seulement besoin d’une autorisation de voyage électronique (AVE) pour s’envoler pour le Canada. Les fonctionnaires lui ont demandé plusieurs précisions sur ses démêlés avec la justice espagnole avant de rendre leur décision négative de mardi matin.

« Nous ne pouvons pas commenter les détails d’un cas particulier sans le consentement écrit de cette personne », a expliqué de son côté Mathieu Genest, porte-parole du ministre sortant de l’Immigration, Ahmed D. Hussen. Depuis le début de ses démarches, M. Puigdemont n’a jamais signé une telle autorisation.

AP

Carles Puigdemont a livré mardi une conférence de presse au palais de justice de Bruxelles.

« Les AVE sont évalués par des agents d’immigration bien formés sur la base des informations fournies par le client. Chaque application est traitée au cas par cas conformément aux lois sur l’immigration. Les raisons pour lesquelles une personne peut être jugée interdite de territoire comprennent la criminalité, un grave problème de santé, le fait d’avoir menti dans sa demande ou pendant une entrevue », a-t-il expliqué.

Mandat d’arrêt

M. Puigdemont, qui vit actuellement en exil en Belgique, fait face à des accusations criminelles en Espagne pour avoir participé au référendum catalan, déclaré illégal par Madrid. Neuf autres indépendantistes ont été condamnés à de des peines de prisons en Espagne récemment. Leur condamnation a été suivie de nombreuses manifestations et même d’affrontements avec la police, qui est intervenue de façon musclée dans les rues de Barcelone. Environ 600 personnes ont été blessées à cette occasion.

Après avoir annulé un premier mandat d’arrêt contre M. Puigdemont, la justice espagnole en a émis un nouveau il y a deux semaines, pour « sédition et détournements de fonds publics ».

M. Puigdemont a comparu mardi devant un tribunal belge qui devra décider s’il est extradé vers l’Espagne en raison de ce mandat d’arrêt. La cause a été remise au 16 décembre.

Autres options

Sans AVE, M. Puigdemont ne peut pas prendre l’avion vers le Canada. Il pourrait toutefois tenter de faire le voyage par bateau ou par voie terrestre à partir des États-Unis, deux modes d’arrivée qui ne nécessitent pas d’autorisation de voyage électronique.

La manœuvre serait toutefois risquée puisque les autorités canadiennes pourraient elles aussi décider d’exécuter le mandat d’arrêt de la justice espagnole et l’extrader vers l’Espagne.

Samedi et dimanche, des manifestations pour et contre l’indépendance de la Catalogne se sont encore succédées à Barcelone.