(Québec) C’est un programme qui coûtera 55 millions par année qu’annoncera mercredi après-midi le gouvernement Legault pour venir en aide aux médias écrits, mis en péril par une baisse de la publicité.

Denis Lessard
Denis Lessard La Presse

Selon les informations colligées de diverses sources, Québec accordera un crédit d’impôt de 35 % sur les salaires versés, jusqu’à concurrence de 75 000 $ par année. Le crédit d’impôt ne sera pas limité dans le temps. À cette mesure, il faut ajouter un allégement des coûts pour le recyclage du papier pour les journaux imprimés, une mesure de 6 millions environ. On bonifiera aussi des mesures mineures déjà annoncées dans le budget d’Eric Girard le printemps dernier, un programme d’aide aux médias écrits.

Longtemps, Québec a été tenté par les balises fixées par Ottawa dans son programme d’aide, soit un crédit d’impôt de 25 % pour un salaire maximum de 55 000 $. Ce faisant, le gouvernement Trudeau ne tenait pas compte d’une recommandation d’un comité fédéral, qui préconisait un programme plus généreux. À Québec, en commission parlementaire, plusieurs groupes avaient plaidé pour qu’on hausse ces deux critères.

Le programme touchera tous les employés qui sont responsables du contenu des médias, journalistes, chroniqueurs, mais aussi photographes et graphistes. Les chiffres de Québec ont fluctué dans l’évaluation de l’assiette des emplois touchés, cela pourrait aller jusqu’à 700 personnes pour l’ensemble des groupes.

La décision de Québec tombe avant même que les députés membres d’une commission parlementaire aient terminé leur tournée de consultation des régions.