(Ottawa) Le chef d’une communauté autochtone du nord de l’Ontario qui est aux prises avec un grave problème de contamination par le mercure se présentera sous la bannière néo-démocrate aux élections fédérales de l’automne.

La Presse canadienne

Le chef de Grassy Narrows, Rudy Turtle, et le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, en ont fait l’annonce lundi à Ottawa.

À l’issue de la période de nomination, M. Turtle a été choisi sans opposition pour être candidat néo-démocrate dans la circonscription de Kenora.

Le chef Turtle s’est déjà exprimé sans détour sur l’engagement présumé du premier ministre Justin Trudeau en faveur d’une réconciliation avec les peuples autochtones. Il a laissé entendre que sa communauté souhaitait voir de nouvelles preuves de progrès sur la question du mercure, notamment la création promise d’un centre de traitement.

La Première Nation ojibwée de Grassy Narrows souffre des effets sur la santé publique d’une grave contamination au mercure. Une usine de papier de Dryden a déversé 9000 kilos de mercure dans le réseau hydrographique de la rivière English-Wabigoon, dans les années 1960.

Plus tôt cette année, le chef Turtle a demandé au gouvernement fédéral de déposer 88,7 millions — le coût estimé du centre de traitement sur 30 ans — dans un fonds en fiducie, afin de garantir la progression du projet quels que soient les résultats des élections.

Depuis sa création en 2004, la circonscription de Kenora a été représentée par un libéral puis un conservateur, avant de repasser aux libéraux en 2015. Mais le libéral Bob Nault avait alors battu par quelque 500 voix seulement le candidat néo-démocrate Howard Hampton, ancien chef du NPD de l’Ontario.

Le néo-démocrate Charlie Angus représente la circonscription voisine de Timmins-Baie James depuis 2004.