(Ottawa) Des organismes de développement international craignent que le gouvernement du Canada soit sur le point de rompre sa promesse de financement supplémentaire au Fonds mondial qui lutte contre les épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme.

La Presse canadienne

En 2016, le gouvernement Trudeau a annoncé en grande pompe qu’il augmenterait de 24 % la contribution du gouvernement du Canada au Fonds mondial qui investit plus de 4 milliards US chaque année à l’appui de programmes dirigés par des spécialistes locaux dans plus de 100 pays.

Or, il semble que le gouvernement soit sur le point d’annoncer qu’il consacrera au Fonds mondial le même montant qu’en 2016. Ce serait la première fois que le Canada ne hausserait pas sa contribution.

Stuart Hickox, qui dirige le bureau canadien de l’organisme ONE fondé par le musicien Bono, soutient que si le Canada ne bonifiait pas son aide, cela équivaudrait à une forme de recul de son engagement.

Pour sa part, le médecin et chercheur canadien Julio Montaner, de Vancouver, dont les travaux ont contribué à ralentir les ravages du sida à la fin des années 90, affirme que le Canada doit assumer un leadership dans le financement de l’éradication des maladies.

L’engagement d’il y a trois ans du Canada avait été signifié lors de la Conférence du Fonds mondial que le premier ministre Trudeau avait accueilli à Montréal.