(Ottawa) Justin Trudeau se dit convaincu que Donald Trump a tenu parole et abordé les cas des deux Canadiens détenus en Chine au cours de son entretien bilatéral avec Xi Jinping en marge du sommet du G20 d’Osaka, il y a quelques jours.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

«Je suis confiant que les Américains et le président Donald Trump ont soulevé l’enjeu […] Comme vous le savez, c’est un dossier que nous prenons extrêmement au sérieux», a-t-il déclaré mardi en conférence de presse à Toronto.

Le premier ministre canadien a ajouté que lui-même avait eu «plusieurs conversations directement» avec le président chinois Xi Jinping sur les deux ressortissants canadiens, mais également «sur l’enjeu plus large de la relation entre le Canada et la Chine».

PHOTO LINDSEY WASSON, ARCHIVES REUTERS

Le régime chinois détient arbitrairement depuis décembre dernier les Canadiens Michael Kovrig, un ancien diplomate, et Michael Spavor, un entrepreneur.

Le régime chinois détient arbitrairement depuis décembre dernier Michael Kovrig, un ancien diplomate, et Michael Spavor, un entrepreneur. Ils ont été épinglés à Pékin dans la foulée de l’arrestation, au Canada, de la numéro deux de Huawei, Meng Wanzhou.

Le premier ministre Trudeau et sa ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, ont depuis multiplié les demandes d’appui à leurs alliés. Ils ont conclu la rencontre du G20 avec la certitude d’avoir derrière eux «une vaste coalition internationale».

La diplomate en chef du Canada a souligné que plusieurs pays ont évoqué avec la Chine la détention des deux Canadiens, tandis que le bureau de Justin Trudeau a soutenu que ce dernier avait eu des «échanges brefs et constructifs» avec le président Xi.

Avant de s’envoler vers le Japon, les deux avaient fait escale à la Maison-Blanche. Là, dans le bureau ovale, Donald Trump avait assuré à Justin Trudeau qu’il ferait tout ce qu’il pourrait pour aider le Canada à obtenir la libération des deux Michael.

Selon ce que rapportait le quotidien The Globe and Mail, la Maison-Blanche a refusé de révéler ce dont le président des États-Unis avait parlé avec son homologue chinois.  

Alors qu’il était à Osaka, le premier ministre Trudeau n’a pas eu d’entretien bilatéral formel avec le président Xi. Une source gouvernementale a soutenu à La Presse qu’Ottawa n’avait pas sollicité de telle rencontre.

- Avec La Presse canadienne