(Québec) Le gouvernement Legault a déposé jeudi un projet de loi donnant le «feu vert» au projet de transport collectif structurant à Québec, mais la mairesse de Montréal, Valérie Plante, rappelle qu’il «n’y a pas d’entente sur la table» entre Québec et la métropole pour qu’on détourne 800 millions de fonds fédéraux lui étant destinés afin de compléter la participation d’Ottawa dans la construction du tramway.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

De passage dans la capitale, jeudi, Mme Plante a lancé un message au président du Conseil du trésor, Christian Dubé: «un bon deal, c’est là où on ne perd rien».

«J’ai envie de participer à la création d’un tramway à Québec, qui est absolument nécessaire. […] Mais encore faut-il que le gouvernement [du Québec] comprenne que Montréal a aussi des besoins», a dit Mme  Plante.

Plus tôt en journée, le ministre des Transports, François Bonnardel, a déposé à l’Assemblée nationale un projet de loi afin de donner les assises juridiques à la Ville de Québec pour mettre en branle son projet de réseau structurant de transport en commun. Le projet de loi prévoit aussi que les trains du tramway soient faits de 25% de contenu canadien.

«On est plus que confiant d’avoir les sommes requises pour démontrer à la Ville de Québec que ce projet est extrêmement important», a dit M. Bonnardel, ne s’engageant toutefois pas à ce que son projet de loi soit adopté avant la fin de la session parlementaire, comme le souhaite le maire Régis Labeaume.  

Un financement à compléter 

La question du financement de ce projet de 3,3 milliards n’est toujours pas réglée. Depuis des semaines, Québec et Ottawa se renvoient la balle, la province s’étant engagée à investir 1,8 milliard dans ce projet, alors que le fédéral doit injecter 1,2 milliard.

Pour compléter le financement d’Ottawa, Québec négocie avec Montréal pour qu’elle lui permette de puiser 800 millions d’une enveloppe de 5,2 milliards destinée aux infrastructures de transports pour la période 2019-2029 afin de l’investir dans le tramway à Québec. Or, l’attribution des sommes de ce fonds est déterminée en fonction de l’achalandage, ce qui avantage Montréal à la ligne de départ.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

La mairesse de Montréal, Valérie Plante.

«Je suis une joueuse d’équipe», a déclaré jeudi Valérie Plante, mais « il n’y a pas d’entente sur la table».

«Si c’est le chemin [que Québec veut] emprunter, ils devront trouver des façons de compenser Montréal. […] C’est à eux de mettre une bonne entente sur la table», a-t-elle dit.

«Nous sommes extrêmement confiants que nous trouverons un terrain d’entente pour finaliser le budget», a commenté le ministre Bonnardel.  

Le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, a pour sa part affirmé jeudi qu’il y a «une volonté conjointe de faire avancer le projet de tramway à Québec».

«Ce que tout le monde est en train de constater, c’est qu’il y a assez d’argent» pour réaliser le projet, a-t-il dit.