Un médecin qui porte les couleurs de l'ADQ en Abitibi-Témiscamingue a menacé hier de quitter la région s'il n'est pas élu.

Martin Croteau
Martin Croteau LA PRESSE

Le Dr Paul-Émile Barbeau a lancé cet avertissement aux électeurs de la circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, lorsque la caravane de Mario Dumont s'est arrêtée à Ville-Marie.

 

Formé à Montréal, le candidat vedette soigne des patients depuis 30 ans dans cette région durement éprouvée par une pénurie de médecins. Devant une centaine de partisans, il a reconnu que plusieurs électeurs hésitent à l'appuyer pour cette raison.

«Je vous comprends d'avoir une certaine crainte», a-t-il concédé, implorant les électeurs de laisser «le plus vieux partir avec l'accord de la famille». De toute façon, a-t-il poursuivi, sa décision de passer à autre chose est déjà prise: «Quand le plus vieux est rendu à maturité et qu'il veut relever de nouveaux défis, quelquefois les parents ne veulent vraiment pas lui donner l'accord de régler les choses dans la famille. Il s'en va aider des familles ailleurs, il va régler d'autres problèmes. Je serais désolé de faire ça.»

Plus tard en point de presse, le Dr Barbeau s'est défendu de menacer les électeurs, même s'il reconnaît que ses services sont sollicités. «Je ne peux pas refuser sans cesse des offres qu'on me fait», a-t-il dit.