Si Mario Dumont a coiffé une perruque blonde à l'émission Dieu merci!, c'est d'abord pour faire plaisir à ses enfants, a-t-il affirmé, hier.

Martin Croteau
Martin Croteau LA PRESSE

«Ça fait partie de mon travail de père de famille, a-t-il expliqué. Quand je suis arrivé avec ça à la maison, les enfants m'ont interdit de ne pas le faire.»

À ceux qui se demandent si un aspirant premier ministre est bien avisé de se prêter à un sketch humoristique, le chef de l'ADQ répond qu'il est parfaitement à l'aise avec sa décision.

«Un politicien, c'est un être humain et moi, j'assume mes choix», a-t-il déclaré hier matin à une radio de Drummondville.

«Il faut être sérieux avec les problèmes vécus par le monde sans se prendre au sérieux», a-t-il ajouté plus tard en point de presse.

Dans un extrait qui s'est retrouvé sur YouTube, le chef adéquiste se glisse dans la peau d'un boxeur-poète appelé Stéphane Cadorette. Vêtu d'une camisole et coiffé d'une perruque blonde, il est ensuite interviewé par un journaliste.

»Frappe et tu recevras»

«La boxe, c'est comme l'amour, déclare-t-il dans le sketch improvisé. Tu frappes et tu recevras.»

Interrogé sur cette séquence lors d'un point de presse, le chef adéquiste s'est esclaffé. «Les lignes à Dieu merci! sont moins longuement préparées que celles en politique», a-t-il affirmé.

M. Dumont s'est retrouvé au coeur d'une controverse, cette semaine, après qu'il ait publiquement refusé l'invitation de Tout le monde en parle. Il a accusé l'équipe de Guy A. Lepage d'avoir accordé un traitement de faveur à Jean Charest, reconnaissant plus tard n'avoir aucune preuve pour appuyer ses propos.

TVA a par la suite décidé de devancer la diffusion de Dieu merci! d'une semaine.