En pleine nuit, deux jeunes femmes ont pénétré dans un immeuble en flammes pour alerter les résidants qui y dormaient. Pour leur geste héroïque, Laury-Ann Fortin et Zoé Grisé sont nos personnalités de la semaine.

Publié le 7 avr. 2019
MARIE-CLAUDE LORTIE LA PRESSE

Zoé Grisé et Laury-Ann Fortin sont amies depuis environ un an. Elles se sont rencontrées au restaurant St-Hubert sur la route 116, à Saint-Bruno. Zoé est caissière. Laury-Ann travaille dans la cuisine.

Le 26 mars dernier, après leur quart, elles partent ensemble du travail pour prendre un verre dans un bar du coin. Après environ 45 minutes, elles décident de rentrer à la maison, et de déposer en chemin un ami à Beloeil.

Sur le trajet, nos deux personnalités de la semaine aperçoivent un immeuble en flammes. Un incendie déjà bien entamé.

Comme tous les jeunes adultes de 2019, elles commencent par prendre des images de l'incendie avec leur téléphone intelligent, mais réalisent en quelques secondes - six secondes de vidéo, précisément - que quelque chose n'est pas normal. Il n'y a pas de vie autour de l'immeuble, tout est hypertranquille. Elles n'entendent aucune sirène. 

Courage

Les deux jeunes femmes, étonnées par tout ce calme, comprennent que personne n'a encore averti les pompiers, que les résidants doivent être encore à l'intérieur de leurs logements. 

Elles appellent le 911 et, n'écoutant que leur courage, décident d'entrer afin de cogner aux portes des appartements pendant que leur ami, pétrifié par le drame, les attend. « Il était sous le choc, figé, nous, ç'a été comme automatique, on est parties dans l'immeuble. »

Sans y penser à deux fois.

En quelques minutes, elles réussissent à réveiller tout le monde.

Les résidants viennent à la porte un par un. « Que se passe-t-il ? », demandent-ils, étonnés. Une vingtaine de personnes. Une dame âgée a particulièrement besoin d'aide. Elle a froid. Elle est secouée. Elle aimerait récupérer ses photos.

Les deux jeunes femmes expliquent à tout le monde que l'heure est grave. Qu'il n'est pas question de faire les valises.

Qu'il est temps de sortir.

Maintenant.

Résultat de l'opération : quelques personnes incommodées par la fumée. Aucun blessé. Aucune vie perdue. Même les animaux s'en sont sortis. 

Laury-Ann, qui a 19 ans, réside à Saint-Bruno et termine lentement sa cinquième secondaire dans un programme d'éducation pour adultes, savait déjà, dit-elle, qu'elle voulait un jour avoir un emploi qui lui permettrait d'être en « relation d'aide ». « Mon rêve, ça serait d'être travailleuse sociale », confie-t-elle en entrevue. 

Cet évènement n'a fait que confirmer cette conviction. 

« On est vraiment fières de ce qu'on a fait. » 

- Laury-Ann Fortin

« On ne s'attendait vraiment pas, ce soir-là, à vivre quelque chose d'aussi gros. »

Lorsqu'elle est rentrée à la maison, à 3 h, après avoir bien pris soin de joindre la famille de la dame âgée qui avait besoin d'un peu plus d'aide que les autres, à qui elle avait prêté son manteau, Laury-Ann a réveillé sa mère, une éducatrice spécialisée. 

Dans son demi-sommeil, celle-ci n'a pas trop compris ce que sa fille lui racontait.

Le lendemain matin, c'est elle qui a réveillé la jeune héroïne. Elle m'a dit : « Il faut que tu m'expliques. »

« Après, elle est passée par toutes les émotions », raconte Laury-Ann au sujet de sa maman, d'abord fâchée que sa fille ait pris un tel risque. Puis soulagée du dénouement. Et finalement heureuse et fière de sa grande.

Reconnaissance 

Pendant trois nuits, Laury-Ann a eu de la difficulté à dormir. « Je faisais des cauchemars », raconte-t-elle. Mais, maintenant, ça va. Et les deux jeunes femmes sont contentes que leur rôle ait été reconnu. Les policiers les ont félicitées, soulignant que le bilan de l'incendie, qui a anéanti la moitié de l'immeuble de 12 logements - l'autre moitié a été protégée grâce à un mur coupe-feu -, aurait peut-être été différent si elles n'avaient pas été là. Il est maintenant question de médailles...

Où se voient-elles dans 10 ans ? 

Toutes les deux aimeraient avoir une famille. Zoé, qui a 20 ans et qui entamera bientôt des études en protection et en exploitation faunique, aimerait être garde forestière. Loin de la ville.

Laury-Ann espère que les études qu'elle poursuit « même si c'est difficile », avec l'appui de son petit frère, lui permettront de trouver un emploi dans un secteur au sein duquel elle pourra aider les gens. Comme elle l'a fait, par surprise, ce surprenant soir de mars à Beloeil.

Laury-Ann et Zoé en quelques choix

Un livre : « Moi, je ne lis pas », dit Laury-Ann. « Aliss, de Patrick Senécal, répond Zoé. Ou Hell.com, du même auteur. »

Un film : « J'aime les drames, les suspenses, mais surtout les documentaires sur les jeunes en difficulté », répond Laury-Ann. Et aussi un film d'amour qui s'appelle Un amour infini. » « Moi, je dirais Me Before You, un film d'amour aussi », ajoute Zoé.

Un personnage historique : « Marilyn Monroe et Freddie Mercury. »

Un personnage contemporain : « Mon frère », répond Laury-Ann. « La chanteuse Roxane Bruneau », choisit Zoé. 

Une phrase : « Tu ne peux changer le passé, répond Zoé. C'est la leçon du film Le Royaume. » « Ose ta vie, toi seule la vivras, ajoute Laury-Ann. Je ne sais pas qui a dit ça, j'ai vu ça sur l'internet. »

Une cause : « L'environnement ! répondent-elles en choeur. Et, si on manifestait, on écrirait sur la pancarte : "On veut du changement, pour nos enfants." »