(Ottawa) L’ambassadeur d’Afghanistan exhorte le gouvernement canadien à déployer des fonctionnaires sur place dans des pays voisins, comme au Pakistan, pour aider les Afghans qui veulent fuir les talibans à gagner au plus tôt le Canada.

La Presse Canadienne

L’ambassadeur Hassan Soroosh souhaite également que la communauté internationale exerce des pressions sur les talibans pour qu’ils ouvrent les aéroports afin que davantage de vols commerciaux puissent évacuer ceux qui souhaitent partir.

Selon le diplomate, des milliers d’Afghans et d’Afghanes, menacés de persécution par les talibans, ont déposé leur candidature pour venir au Canada, mais leurs demandes ne sont pas encore en cours de traitement.

M. Soroosh suggère que le Canada renforce ses postes diplomatiques au Pakistan et dans d’autres pays voisins pour « accélérer » l’exode d’Afghans désespérés. Il croit que le Canada devrait également déployer des fonctionnaires pour aider les Nations unies à traiter les demandes.

L’ambassadeur demande par ailleurs au Canada et aux autres pays occidentaux de fournir une aide alimentaire d’urgence à l’Afghanistan, afin d’éviter une tragédie humanitaire cet hiver. Il prévient que sans aide, le pays est confronté à une « catastrophe ».

M. Soroosh prévient que si la pauvreté augmente en Afghanistan, la population pourrait se tourner vers le groupe militant État islamique, qui rivalise avec les talibans pour le contrôle de certaines parties du pays.

Il estime que même si le Canada ne reconnaît pas les talibans, Ottawa peut tout de même aider le peuple afghan par l’intermédiaire des Nations unies ou d’organisations non gouvernementales indépendantes.

L’ambassadeur assure qu’il n’est pas en contact avec les talibans. Il soutient que son salaire et celui de son personnel sont payés à même les réserves de l’ambassade. M. Soroosh assure qu’il reste en poste pour représenter le pays et son peuple — pas le régime taliban.