(Lytton) Après avoir établi trois records canadiens de températures les plus chaudes du pays au cours des derniers jours, la ville de Lytton, en Colombie-Britannique, a été ravagée à 90 % par les flammes.

Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse
La Presse Canadienne

Jean McKay, résidante de Kanaka Bar, à 15 kilomètres de Lytton, raconte avoir senti une forte odeur de fumée dans la communauté. Sa fille Deirdre a commencé à paniquer quand elle a senti l’odeur de fumée s’intensifier.

Pour la famille, le fait de quitter la maison a été une épreuve extrêmement difficile. « J’ai pleuré. Ma fille a pleuré. Elle m’a dit : “Je ne sais même pas pourquoi j’ai pris mes clés. Nous n’allons peut-être plus avoir de maison.” »

Moins de quelques heures plus tard, la quasi-totalité de la ville de Lytton était réduite en cendre. « L’incendie a causé de graves dommages à la ville de Lytton, en Colombie-Britannique, et aux structures critiques environnantes. La ville a subi des dommages structuraux et 90 % du village est brûlé, y compris le centre de la ville », a indiqué sur Facebook le député fédéral Brad Vis jeudi.

Des routes, des stations de télécommunication et d’électricité ainsi que des infrastructures ont été touchées. « On signale plusieurs blessés », a renchéri le député.

Le maire de Lytton, Jan Polderman, avait émis un ordre d’évacuation en soirée mercredi. « La situation des incendies est extrêmement dangereuse en ce moment. Les équipes d’urgence font tout ce qu’elles peuvent pour soutenir les habitants de Lytton », avait alors déclaré le premier ministre de la province de Colombie-Britannique, John Horgan, sur Twitter.

Le directeur général du district régional de Thompson-Nicola, Scott Hildebrand, a raconté que l’incendie s’était répandu en quelques minutes. Un nuage de fumée recouvrait la région, et les flammes ravageaient déjà les infrastructures du village quand les résidants ont commencé à partir.

Un centre d’accueil a été mis sur pied à Kamloops et un autre est prévu à Merritt. Les quelques hôtels autour de Lytton affichent déjà complet en raison de la vague de chaleur et de la fête du Canada.

Cause humaine avancée

PHOTO 2 RIVERS REMIX SOCIETY, REUTERS

Selon le Wildfire Service de la Colombie-Britannique, l’incendie serait d’origine humaine. « Ce n’était pas associé à la foudre. Ça peut être aussi facile à partir qu’une étincelle de véhicule ou de cigarette », a indiqué à La Presse Natalie Hasell, météorologue en sensibilisation aux alertes à Environnement et Changement climatique Canada.

Selon la météorologue, les conditions environnementales des derniers jours ont certainement été propices aux déclenchements des incendies de forêt.

Il avait très peu plu avant que cette chaleur arrive. On a eu un des printemps les plus secs dans le sud de la Colombie-Britannique, alors la forêt ressemblait déjà à du bois d’allumage.

Natalie Hasell, météorologue en sensibilisation aux alertes à Environnement et Changement climatique Canada

À l’heure actuelle, 78 incendies de forêt sont actifs en Colombie-Britannique, soit 38 de plus que la veille. Ils se situent principalement dans la région de Kamloops et de Prince George, dans l’est de la province. Parmi eux, trois incendies de forêt de grande ampleur font rage.

L’un d’entre eux a carbonisé 50 kilomètres carrés dans la région de Pavilion, au nord de Lillooet, tandis que les flammes ont brûlé au moins 40 kilomètres carrés autour du lac Sparks, à environ 15 kilomètres au nord de Kamloops. Un troisième brasier, causé par la foudre, a fait des ravages sur au moins 60 kilomètres carrés dans le nord-est de la province.

Les propriétés environnantes ont reçu des ordres d’évacuation. Le risque d’incendie pour la majeure partie de la province est de niveau extrême.

Le dôme de chaleur toujours présent

La vague de chaleur qui sévit dans la province depuis samedi devrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin de semaine. « Ça se déplace lentement et ça s’étend. La vague de chaleur est toujours sur la Colombie-Britannique, mais elle se rend maintenant dans les Territoires du Nord-Ouest et en Ontario », dit Mme Hasell.

Le dôme de chaleur pourrait atteindre le sud du Québec dans les prochains jours, mais le phénomène aura perdu en intensité, assure Mme Hasell. De tels évènements risquent de devenir de plus en plus fréquents à cause des changements climatiques, rappelle la météorologue.

Des avertissements de chaleur sont en vigueur pour l’ensemble de l’Alberta et de la Saskatchewan ainsi que pour la majorité de la Colombie-Britannique, du Manitoba et de l’Ontario.

Avec La Presse Canadienne