(Ottawa) Statistique Canada estime que 3,2 millions de Canadiens vivaient sous le seuil de la pauvreté en 2018.

La Presse canadienne

L’agence a publié lundi un portrait actualisé de la pauvreté au Canada en s’appuyant sur les déclarations de revenus de 2018. Statistique Canada propose par ailleurs de changer la façon dont la pauvreté est mesurée au pays, ce qui augmenterait probablement le nombre total de Canadiens considérés comme pauvres.

L’étude montre qu’en utilisant la formule existante, le taux de pauvreté national est tombé à 8,7 % en 2018, comparativement à 9,5 % un an plus tôt.

Le taux de pauvreté des enfants n’a cependant guère bougé par rapport à 2017, à 8,2 %, mais il a presque diminué de moitié depuis qu’il a culminé à 15 % en 2012. Au total, 566 000 enfants vivaient dans la pauvreté au Canada, comparativement à un million six ans plus tôt. Statistique Canada affirme toutefois que la nouvelle formule proposée pour mesurer la pauvreté ferait passer ce taux chez les enfants de 8,2 % à 11 % en 2018.

Les enfants vivant dans des familles monoparentales demeurent plus vulnérables à la pauvreté. En 2018, le taux de pauvreté des enfants s’élevait à 5,8 % pour ceux vivant dans des familles composées d’un couple, comparativement à 26,2 % pour ceux vivant dans des familles monoparentales dont le parent est une femme, indique Statistique Canada.

Ces chiffres sont surveillés de près par le gouvernement libéral de Justin Trudeau, qui vante son bilan en matière de lutte contre la pauvreté depuis son élection en 2015. Les données sur la pauvreté pour 2018 sont des repères clés pour suivre la stratégie anti-pauvreté des libéraux.

La « mesure du panier de consommation », qui mesure actuellement le seuil officiel de la pauvreté au Canada, calcule le minimum qu’une personne ou une famille devrait gagner pour se permettre « un panier de biens et de services correspondant à un niveau de vie de base modeste au Canada ».

La Loi sur la réduction de la pauvreté, adoptée en juin 2019, fixe la mesure du panier de consommation (MPC) comme le seuil officiel de la pauvreté au Canada. En vertu de la Loi, Statistique Canada est tenu de réviser régulièrement cette mesure ; l’agence a donc lancé en 2018 un examen approfondi de la MPC, qui sera achevé en 2020.