(Smithers) Les opposants à un projet de gazoduc sur le territoire ancestral des Wet’suwet’en disent être retournés dans leurs campements situés le long d’une route menant à un chantier, près de Houston, en Colombie-Britannique.

La Presse canadienne

Jen Wickham, du clan Gidimt’en dit que ces opposants occupent de nouveau les campements où 28 des leurs avaient été arrêtés par la GRC, plus tôt ce mois-ci.

Mme Wickham soutient que ces manifestants n’empêchent pas les ouvriers de la Coastal GasLink d’utiliser la route pour se rendre au chantier. Ceux-ci peuvent se déplacer librement.

Coastal GasLink et la GRC n’ont pas immédiatement répondu à des demandes d’entrevue.

Des membres de la Première Nation Wet’suwet’en affirment maintenir l’ordre d’expulsion transmise à l’entreprise, l’intimant de quitter le territoire ancestral des Wet’suwet’en.

Un banquet s’est déroulé jeudi pour mettre au courant la communauté de leurs intentions.

Na’moks, l’un des cinq chefs de clan héréditaires, dit avoir affirmé lors cette réunion que l’ordre d’expulsion demeurait en vigueur. Les chefs demandent que la GRC retire son poste situé sur la route forestière.

« C’était une réunion nationale pour faire savoir à notre peuple que nous sommes toujours là, que nous l’écoutons », a fait valoir celui qui se nomme aussi John Ridsdale.

Na’moks est un porte-parole des chefs héréditaires de la Première Nation. Il n’a pas participé au banquet, car il a dû visiter un membre de sa famille à l’hôpital. Toutefois, il dit avoir été régulièrement mis en courant de l’évolution de la situation.

PHOTO AMY SMART, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Na’moks, un porte-parole des chefs héréditaires de la Première Nation

Il invite la GRC à maintenir ses activités à partir de ses postes permanents en ville, mais le corps policier n’est pas la bienvenue le long de la route forestière.

La GRC a annoncé la semaine dernière que ses principales activités dans la région étaient terminées et que la zone d’exclusion a été levée. « Le Bureau pour la sécurité de la collectivité et de l’industrie qui se trouve sur le chemin de service forestier Morice Ouest depuis janvier 2019, demeurera en place et des membres de la GRC continueront à patrouiller dans le secteur pour assurer la sécurité de tous », avait-elle écrit dans un communiqué.

Mme Wickham rapporte que les opposants au gazoduc étaient retournés au campement d’Unist’ot’en, à un campement de Gidimt’en et à un lieu de rassemblement situé à 27 kilomètres plus loin, mais ils ont démantelé un troisième campement établi pour surveiller la police.

Elle déplore que la GRC continue de vérifier l’identité de toute personne circulant sur la route d’accès au chantier.