(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau a rendu hommage en Chambre, lundi, aux victimes de l’écrasement d’avion près de Téhéran au début du mois, alors que les députés de tous les partis ont exigé que l’Iran traduise en justice les responsables de la catastrophe.

La Presse canadienne

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a présenté une motion demandant notamment la coopération de l’Iran tout au long de l’enquête visant à déterminer pourquoi un avion de ligne a été abattu par des missiles iraniens peu de temps après son décollage, tuant les 176 personnes à bord, dont des dizaines de Canadiens.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne

La motion demandait par ailleurs à Téhéran de respecter pleinement la volonté des familles des victimes et de leur offrir « une juste compensation ». La motion, qui a reçu le consentement unanime de la Chambre, exhorte enfin l’Iran à mener « une enquête criminelle indépendante suivie de procédures judiciaires transparentes et impartiales qui respectent les normes internationales ».

Le vol PS752 du transporteur Ukraine International s’est écrasé peu après son décollage de l’aéroport de Téhéran le 8 janvier ; 57 citoyens canadiens et 29 résidents permanents sont morts dans l’accident. Plusieurs rentraient d’Iran après y avoir visité leurs proches pendant les Fêtes.

M. Trudeau a déclaré en Chambre que l’esprit et les valeurs qui ont depuis motivé les Canadiens à se rassembler dans le deuil et à aider les familles des victimes montrent pourquoi ceux qui sont montés à bord de ce vol avaient choisi « non seulement le Canada, mais les Canadiens ».

« Avant que tout cela ne se produise, ils ne façonnaient pas seulement leur propre vie, ils construisaient notre pays, construisaient un avenir que nous partageons tous, qui est maintenant diminué par leur perte », a déclaré M. Trudeau.

Le chef conservateur Andrew Scheer a estimé qu’il fallait « continuer d’exiger des comptes des responsables » au sein du régime iranien. « C’est le régime iranien — et lui seul — qui est responsable de cet horrible crime », a-t-il dit en Chambre.

PHOTO BLAIR GABLE, REUTERS

Le chef conservateur Andrew Scheer

Dans les jours qui ont suivi l’écrasement, M. Trudeau avait déclaré dans une entrevue à Global News que sans les tensions accrues dans la région, les victimes seraient aujourd’hui chez elles avec leur famille. Le 3 janvier, un important général iranien, Qassem Soleimani, a été tué en Irak dans une attaque de drone approuvée par le président américain Donald Trump. Le 7 janvier, l’Iran a riposté en tirant des missiles sur deux bases militaires irakiennes, où sont basées les troupes américaines. Quelques heures plus tard, le vol PS752 était la cible de deux missiles sol-air iraniens.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déclaré lundi que la tension militaire était à l’origine de la tragédie et qu’une paix durable aurait évité un tel drame. Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a soutenu que tous les députés devraient lutter pour la paix, en mémoire des victimes du vol PS752.