(Ottawa) Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, dit qu’il a contacté la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour que cette dernière offre son aide au Québec et à Montréal pour lutter contre l’exploitation sexuelle.

Catherine Levesque
La Presse Canadienne

Lors de la période de questions, mardi, le ministre Blair a été interpellé par le Parti conservateur au sujet de l’enquête du New York Times qui a révélé l’existence de vidéos illégales contenues sur la plateforme Pornhub, qui appartient à l’entreprise Mindgeek et qui est basée à Montréal.

Le chroniqueur du Times écrit que le premier ministre Justin Trudeau se décrit comme un « féministe ». Il pose donc la question suivante : « Pourquoi le Canada abrite-t-il une compagnie qui inflige des vidéos de viol au reste de la planète ? »

Le ministre Blair a réitéré que l’exploitation sexuelle est un « crime des plus odieux » et qu’il travaille « très fort » pour s’assurer que les corps policiers à tous les niveaux aient les outils et les ressources nécessaires pour combattre ces crimes.

« J’ai contacté la GRC et je leur ai demandé de parler à la juridiction provinciale — dans ce cas, la Ville de Montréal et la province de Québec — pour s’assurer qu’ils ont toute l’aide qu’ils peuvent fournir », a-t-il offert comme réponse à la députée Shannon Stubbs.

Son collègue au Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, a soutenu qu’il compte déposer un projet de loi au début de l’année 2021 pour forcer les plateformes numériques à éliminer tout contenu illégal, incluant les discours haineux, l’exploitation sexuelle de mineurs et le contenu violent ou extrémiste.

La GRC, la Sûreté du Québec (SQ) et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) soutiennent que toutes les mesures sont prises pour lutter contre l’exploitation sexuelle se retrouvant sur la plateforme Pornhub.

« La GRC a abordé la question de compétence avec MindGeek en ce qui concerne le Code criminel et les lois régissant les signalements obligatoires », a écrit une porte-parole de la GRC, Robin Percival, à La Presse Canadienne.

« Il s’agit toutefois d’une société internationale, et il est difficile d’établir le territoire ayant compétence étant donné que celle-ci héberge son contenu à l’extérieur du Canada », est-il précisé.

« Pour ce qui est de Mindgeek, ils sont visés par un nombre minime de dénonciations et collaborent à l’ensemble de nos demandes », a fait valoir Darren Martin McMahon-Payette du SPVM, dans un autre courriel.

La Sûreté du Québec, elle, dit avoir traité plus de 1700 signalements en lien avec l’exploitation sexuelle ayant mené à une centaine d’arrestations. La majorité des cas étaient liées à du contenu abrité par les géants du web, comme Facebook ou Google.

Les trois corps de police ne semblaient pas avoir été informés d’un quelconque changement dans la façon de traiter ces plaintes.

Une porte-parole du ministre Blair a tenté d’offrir des explications, mardi en soirée.

« Le ministre Blair a demandé à la GRC de fournir tout soutien à la police de la juridiction où se trouve le siège de Pornhub. Par contre, le ministre de la Sécurité publique ne dirige pas les opérations de police. Le ministre ne peut pas tenter d’influencer de quelque manière que ce soit une enquête, ni diriger la conduite d’opérations de police spécifiques », a écrit Mary-Liz Power dans un courriel.