(Ottawa) Près de 40 sénateurs canadiens ont exhorté les gouvernements canadien et néo-écossais à instaurer une enquête ouverte, transparente et complète sur la tuerie de masse qui a coûté la vie à 22 personnes en avril.

La Presse canadienne

Dans une lettre ouverte publiée samedi, 37 sénateurs de partout au pays écrivent qu’une telle enquête était urgente afin de mieux comprendre ce qui s’était passé.

Ils disent que les Néo-Écossais et les Canadiens doivent savoir ce qui s’est passé ou ce qui ne s’est pas passé. Selon eux, une enquête pourrait permettre d’identifier des signes avant-coureurs et aider à prévenir de telles tragédies.

Les sénateurs soulignent que toute enquête devra être conduite d’un point de vue féministe afin de découvrir pleinement ce qui a conduit au massacre.

Ce n’est pas la première fois que les sénateurs demandent à Ottawa et à Halifax des éclaircissements au sujet de la tuerie d’avril.

Le groupe néo-écossais du Sénat a envoyé deux lettres en juin au ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, et au ministre de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Mark Furey, réclamant une enquête conjointe fédérale-provinciale sur la tragédie.

M. Furey a indiqué plus tôt ce mois-ci que les détails techniques entraînaient des retards à l’ouverture d’une telle enquête, mais que les gouvernements y « travaillaient jour et nuit ».

« Il y a des aspects juridiques et techniques que nos équipes juridiques examinent et finalisent dans la rédaction des documents pertinents. C’est qui demande du temps », avait déclaré M. Furey le 2 juillet.

Dans leur lettre de samedi, les sénateurs soulignent que l’absence d’une enquête alimentait les spéculations parmi les Canadiens.

Selon eux, les insinuations et les rumeurs qui en résultent mettent en danger la confiance du public — non seulement envers ceux qui s’efforcent de protéger et de servir — mais aussi envers les responsables de la sécurité publique.

La dernière lettre a été envoyée à plusieurs ministres fédéraux, Bill Blair, David Lametti (Justice) et Maryam Monsef (Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural) et des ministres provinciaux, Mark Furey et Kelly Regan (ministre responsable de la Loi sur le statut des femmes).

Les cabinets de MM. Blair et Furey n’ont pas immédiatement répondu aux demandes d’entrevue de La Presse Canadienne.