(Ottawa) Le vérificateur général du Canada demande au gouvernement fédéral d’accélérer le recouvrement de ses prêts étudiants en cours afin d’éviter qu’ils deviennent un fardeau pour les contribuables.

La Presse canadienne

Dans un rapport déposé au Parlement mercredi matin, le vérificateur affirme que la valeur des prêts en défaut de paiement s’élevait à 2,4 milliards, dont la majeure partie ne sera probablement pas récupérée.

Le vérificateur attribue la situation à une combinaison de facteurs, y compris une incapacité à évaluer si ceux qui demandent un allègement de prêt sont effectivement admissibles et un défaut d’informer les emprunteurs de leurs obligations financières.

Le vérificateur a également déterminé que 87 % des emprunteurs récents n’effectuaient pas de remboursement sur des emprunts d’une valeur totale de 2,9 milliards, le gouvernement ayant facilité l’accès à l’allègement de prêt.

L’Agence du revenu du Canada n’a pas tous les outils nécessaires pour s’acquitter efficacement du recouvrement des prêts impayés, selon le rapport, en partie parce qu’elle n’a pas les mêmes pouvoirs qu’en matière de recouvrement de l’impôt sur le revenu impayé.

Le vérificateur affirme que le gouvernement doit prendre une position plus stricte en évaluant mieux si les emprunteurs devraient bénéficier d’un allègement et en utilisant d’autres mesures, notamment en communiquant aux agences d’évaluation du crédit les dettes d’études en défaut de paiement afin d’inciter les emprunteurs à les rembourser avec plus de diligence.