Le service d’alerte pancanadien a connu des difficultés lors de l’émission d’un test effectué plus tôt aujourd’hui.

Raphael Pirro Raphael Pirro
La Presse

Le message d’alerte, envoyé à 13h55 au Québec à tous les détenteurs de téléphone intelligents, n’a pas été relayé pour tous les clients de certains fournisseurs. 

«Des problématiques ont été décelées mercredi après-midi lors du test du système Québec en Alerte, notamment en ce qui a trait à la distribution de messages sur les appareils sans fil», a indiqué Patrick Harvey, relationniste au ministère de la Sécurité publique.

«Certains fournisseurs auraient connu des difficultés.»

Sur les réseaux sociaux, des clients de Rogers, Vidéotron et Koodoo, notamment, disent ne pas avoir reçu la communication. D’autres, abonnés aux mêmes fournisseurs, ont cependant indiqué avoir vu le message écrit apparaître normalement sur leurs appareils.

Le ministère de la Sécurité publique encourage les clients n’ayant pas reçu d’alerte téléphonique à contacter leurs fournisseurs pour leur en faire part.

«Nous avons diffusé l'alerte d'aujourd'hui au Québec et nous cherchons à savoir pourquoi certains de nos clients ne l'ont peut-être pas reçue», a fait savoir Caroline Phémius, cheffe des affaires publiques au Québec pour Rogers.

Mis sur pied en 2010, En Alerte sert à avertir les Canadiens afin de les prévenir en cas d’urgence pouvant mettre leur sécurité en danger. Le CRTC oblige les fournisseurs de services de téléphonie mobile à transmettre ces alertes. En cas d’urgence réelle, les alertes sont censées fournir des indications à suivre pour se protéger.

En mai de l’an dernier, le test avait connu des ratés. Il avait été diffusé à la télévision et à la radio, mais une erreur dans le code de configuration avait rendu la réception impossible pour les propriétaires de téléphones intelligents.

Les citoyens ayant des questions en lien avec le programme En Alerte peuvent consulter le site https://www.enalerte.ca/

- Avec Janie Gosselin, La Presse