(Ottawa) Les émotions étaient vives à Ottawa lorsque plus de 150 Canadiens morts en Afghanistan ont été honorés samedi au cours d’une sobre cérémonie à laquelle assistaient des centaines de membres de leur famille.

La Presse canadienne

Au cours de cette cérémonie, le cénotaphe construit pendant la guerre en l’honneur des Canadiens tombés en devoir a été inauguré de nouveau. Il avait été installé à l’aérodrome de Kandahar en 2005 où était situé le quartier général des forces canadiennes pendant la majeure partie de la guerre afghane.

Le cénotaphe a été rapatrié à Ottawa quelques années plus tard même si des parties comme un bas relief et le rocher central original ont été conservés en Afghanistan jusqu’à la fin de l’intervention militaire en 2014.

Sous un ciel couvert, les familles et amis éplorés ont écouté les discours de la gouverneure générale Julie Payette, du ministre de la Défense Harjit Sajjan, du chef de l’État-Major des Forces armées canadiennes Jonathan Vance et d’autres dignitaires qui ont parlé de l’héritage durable laissé par ceux qui se sont battus et sont morts au cours de la guerre à laquelle le Canada a participé en Afghanistan pendant 13 ans

Cent cinquante-huit soldats canadiens sont morts lors de l’intervention, qui a commencé peu de temps après les attaques terroristes perpétrées le 11 septembre 2001. Le diplomate canadien Glyn Berry, la journaliste Michelle Lang et deux entrepreneurs civils ont également été tués pendant ce conflit.

« Grâce à leur sacrifice, on peut jouer au football dans le stade de Kandahar, a déclaré M. Sajjan. Grâce à leur sacrifice, les jeunes filles sont autorisées à aller librement à l’école. Grâce à leur sacrifice, nous sommes plus en sécurité ici. Nous n’oublierons jamais le prix que ces femmes et ces hommes ont payé. »

« Vous tous qui avez perdu quelqu’un… vous savez ce qui a été perdu, a dit Mme Payette. Une blessure que ce mémorial peut reconnaître même s’il ne parvient pas à la guérir complètement. Mais il faut le reconnaître, et c’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui pour porter notre attention sur ces hommes et ces femmes courageux et les personnes qui les aimaient. »

Une grande partie de la cérémonie s’est concentrée sur les familles dont la vie a changé de manière irréversible au cours de l’intervention militaire canadienne, même si le reste du pays a tourné la page.

Des familles comme celle du soldat David Robert James Byers, dont la fille est née quelques mois après qu’il eut été tué lors d’un attentat-suicide en septembre 2006. La mère du soldat et l’enfant étaient dans l’assistance.

« Nous vivons tous les jours avec cela, a raconté Catherine Jane Byers. Nous sommes ceux qui célèbrent les anniversaires. Voir nos petits-enfants grandir sans leur père, c’est notre réalité. »

Le cénotaphe se trouve aujourd’hui à l’intérieur de la Salle commémorative de l’Afghanistan au Quartier général de la Défense nationale. Une cérémonie d’inauguration modeste et solennelle s’y est déroulée en mai à l’intention d’un groupe restreint de militaires et de représentants du gouvernement fédéral.

Les familles n’avaient pas été alors invitées, ce qui avait soulevé une vive controverse et incité le commandement militaire à reconnaître son erreur et à organiser une nouvelle cérémonie d’inauguration.

Mme Byers et d’autres proches de militaires morts en Afghanistan ont exprimé leur reconnaissance envers les Forces armées pour avoir organisé une deuxième cérémonie.