(Ottawa) Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, devrait annoncer jeudi le déploiement promis et longuement attendu d’un avion de transport des Forces armées canadiennes pour des missions de maintien de la paix en Ouganda.

Lee Berthiaume
La Presse canadienne

Le CC-130 Hercules était l’une des trois promesses faites aux Nations Unies par le premier ministre Justin Trudeau lorsque le Canada a organisé un important sommet sur le maintien de la paix en novembre 2017. Une seule de ses promesses a été remplie jusqu’à présent.

L’année dernière, le gouvernement fédéral a déployé des hélicoptères et plusieurs centaines de militaires pour faciliter les évacuations médicales au Mali. Cette mission doit se conclure à la fin du mois.

M. Trudeau avait également promis à l’ONU une « force de réaction rapide », forte de 200 soldats, mais le Canada ne l’a toujours pas inscrite dans la base de données onusienne des engagements en matière de maintien de la paix, ce qui signifie que cette force n’a pas encore été officiellement offerte.

Des sources aux Nations Unies et au ministère canadien de la Défense ont indiqué à La Presse canadienne, le mois dernier, qu’un accord était sur le point d’être conclu quant au déploiement de l’avion de transport vers le centre logistique des Nations Unies à Entebbe, afin d’aider au transport du matériel et des troupes en Afrique.

Cela faisait suite à un article de La Presse canadienne plus tôt cette année selon lequel l’ONU s’opposait à des restrictions que le Canada voulait imposer quant aux moments et aux lieux où l’avion pourrait être utilisé.

Ces restrictions stipulaient notamment que l’avion devrait voler uniquement de jour, entre Entebbe et cinq emplacements qui, selon un responsable de l’ONU, ne disposaient pas d’équipes de maintien de la paix ou qui étaient facilement accessibles par la route.

Le bureau du ministre Sajjan avait refusé de commenter les préoccupations de l’ONU à l’époque et avait insisté sur le fait que les deux parties étaient résolues à parvenir à un accord.

Les libéraux fédéraux ont fait campagne lors des dernières élections en promettant de renouveler l’engagement et le rôle du Canada dans le maintien de la paix de façon importante, mais ils ont depuis été accusés de ne pas avoir respecté cette promesse.

Le gouvernement insiste tout de même sur son engagement en faveur du maintien de la paix, comme en témoigne sa décision de prolonger la mission au Mali d’un mois, ce qui n’est survenu qu’après moult pressions de la part de l’ONU et de certains alliés du Canada.