(Ottawa) Le syndicat qui représente les employés de l’Agence du revenu du Canada (ARC) lance une campagne pour dénoncer la «promesse populiste» des conservateurs de mettre en place une déclaration de revenus unique au Québec, administrée par Revenu Québec.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Le président du Syndicat des employé-e-s de l’Impôt (SEI), Marc Brière, s’inquiète de l’avenir de ses membres si le Parti conservateur du Canada forme le gouvernement cet automne.

M. Brière soutient que la proposition d’instaurer une déclaration de revenus unique éliminerait 5500 emplois de l’ARC à travers la province, dont 1200 dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et 1500 en Mauricie.

Même le premier ministre du Québec, François Legault, qui plaide pour une déclaration de revenus unique, a reconnu qu’il y aurait de nombreuses pertes d’emplois.

Mais le chef conservateur Andrew Scheer a soutenu que la transition se ferait sans pertes d’emplois. Les travailleurs actuels de l’ARC pourraient s’attaquer à l’évasion fiscale, a-t-il notamment évoqué.

«C’est complètement ridicule, critique M. Brière. Ou bien ils ne savent pas de quoi ils parlent ou bien ils mentent à la population. C’est l’un ou l’autre.»

Le président du SEI explique qu’il faut détenir un baccalauréat universitaire et réussir plusieurs cours en fiscalité pour travailler à l’ARC comme vérificateur spécialisé dans la lutte à l’évasion fiscale.

«J’aimerais ça, moi aussi, que mes membres retrouvent leur "job" demain matin, mais je ne peux pas dire ça parce que c’est de la "bullshit"», critique-t-il.

Une idée qui fait son chemin

Le Québec est la seule province qui doit remplir deux déclarations de revenus. La partie fédérale est traitée par l’ARC, alors que la partie provinciale est réservée à Revenu Québec.

Les particuliers des autres provinces n’ont qu’à produire la déclaration fédérale.

Or, l’idée que le Québec ne produise qu’une seule déclaration de revenus — québécoise — a fait son chemin depuis que l’Assemblée nationale a voté en faveur de cette idée de façon unanime en 2018.

Aussitôt élu au gouvernement, le premier ministre Legault a tenté d’obtenir l’appui des partis fédéraux à cette idée. Le premier ministre canadien Justin Trudeau a refusé net, alors que M. Scheer et le Bloc québécois sont favorables à cette avenue.

Le Nouveau Parti démocratique appuyait l’idée d’une déclaration unique, avant de faire volte-face en janvier dernier après des discussions avec des représentants syndicaux.

Tout comme la TPS

Le lieutenant politique des conservateurs au Québec, Alain Rayes, compare le débat sur la déclaration de revenus unique à celui sur la taxe sur les produits et services (TPS).

La TPS était tout aussi controversée lors de son introduction par le premier ministre Brian Mulroney en 1991 et a contribué à sa défaite à l’époque.

Le Québec est la seule province qui gère à la fois la TPS fédérale et la taxe de vente du Québec (TVQ) provinciale.

M. Rayes demeure bien déterminé à mener à bien une déclaration unique gérée par Québec. «C’est une promesse phare de notre programme et on a bien l’intention de la réaliser», dit-il.

Quant aux possibles pertes d’emplois à Shawinigan et à Jonquière — là on l’on retrouve les centres fiscaux de l’ARC —, le conservateur dit qu’il ne peut «jamais rien garantir», mais que ce n’est pas l’« objectif » recherché.

Le SEI promet de dénoncer la promesse conservatrice dans des publicités à la radio en Mauricie et au Saguenay-Lac-Saint-Jean jusqu’au 31 août. Des publicités ciblées se retrouveront aussi dans les journaux et les médias sociaux.

Le syndicat est affilié à l’Alliance de la fonction publique du Canada, qui s’est enregistrée comme tiers parti en vertu des nouvelles règles d’Élections Canada.