Le lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire dénonce l’utilisation du terme « génocide » dans le rapport de la Commission d’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Sarah Rahmouni
La Presse

Selon le militaire, l’utilisation du terme « génocide » dans le rapport n’est pas faite dans le but de régler le problème de violence dont sont victimes les femmes autochtones. « Dans ce contexte, je suis prêt à dire que j’ai de la misère avec l’utilisation du terme », a-t-il déclaré en marge d’un colloque organisé par l’Institut montréalais d’études sur le génocide et les droits humains à l’Université Concordia.

Déposé plus tôt aujourd’hui à Gatineau, le rapport d’enquête de 1200 pages est très critique et sévère à l’endroit du gouvernement fédéral et conclut que la violence que les femmes et les filles autochtones subissent est un « génocide planifié ». Le mot « génocide » apparaît une centaine de fois dans le rapport, qui fait 231 recommandations pour mettre fin à la violence faite aux femmes et filles autochtones.

Roméo Dallaire, qui était commandant de la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda pendant le génocide de 1994, a tenu à rappeler les critères fondamentaux établis sur l’utilisation du terme « génocide », dont la nature délibérée de l’acte visant à détruire des êtres humains parce qu’ils ont une certaine ethnicité, ce qui ne s’applique pas dans le cas des femmes et des filles autochtones, selon lui.  

Pour le lieutenant-général, il est néanmoins inacceptable que dans un pays comme le Canada, une population de presque 1 million d’autochtones et de métisses se retrouve dans un état comparable aux habitants des pays en voie de développement. « Je n’ai aucune misère à comprendre à quel point les gouvernements canadiens ont été tellement inertes avec des lois et des applications de lois qui ont été préjudiciables aux peuples autochtones », soutient-il. Du même souffle, il appelle à l’abolition de la loi sur les Indiens, établie, dit-il, « pour assimiler ces peuples ».

-Avec La Presse canadienne