Source ID:f03cc1db06df3a84987a3eb1d8de1c0e; App Source:StoryBuilder

«Frénésie d'achat» pour les AR-15

Une rumeur largement répandue par le lobby proarmes, selon laquelle le gouvernement Trudeau s'apprêterait à bannir les armes d'assaut de type AR-15, a provoqué une hausse des ventes de ce type d'arme à feu partout au Canada ces derniers jours, affirment différentes sources.

Vendue au Canada avec d'importantes restrictions, l'AR-15 est l'arme à feu la plus répandue aux États-Unis, où elle a été impliquée dans de nombreuses tueries.

« Depuis deux semaines, c'est l'enfer ! On a vendu 75 % de nos stocks d'AR-15 », affirme Jonathan Bastien, du Centre récréatif d'armes à feu de Montréal, une armurerie de Montréal. 

« On parle d'augmentations de 30 à 40 % ces deux dernières semaines », dit pour sa part Daniel Blanchette, propriétaire du magasin DanChasse, de la région de Québec. 

« Les gens ne savent pas ce que le gouvernement Trudeau va faire. Ils ne savent pas s'ils vont encore avoir le droit de posséder cette arme-là, si elle va devenir prohibée. Nous, on garde nos stocks presque à zéro parce qu'on ne veut surtout pas se ramasser avec un modèle qu'on ne pourra plus vendre sur le marché », ajoute M. Blanchette. 

Le 9 mai dernier, alors que le projet de loi C-71 renforçant l'encadrement des armes à feu était à l'étude au Sénat, le député indépendant Tony Clement a affirmé en Chambre avoir appris de « très bonne source » que le gouvernement Trudeau avait un « plan secret » pour interdire les AR-15. « Le premier ministre compte annoncer ce bannissement lors de la conférence de Women Deliver, à Vancouver, lors de la visite de la première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, du 3 au 6 juin », a soutenu M. Clément lors de la période des questions. 

Marie-Emmanuelle Cadieux, porte-parole du ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, a démenti hier qu'il y aurait une telle annonce la semaine prochaine. Dans une déclaration transmise à La Presse, le bureau du ministre a cependant indiqué que « toutes les possibilités sont étudiées ». « Les carabines d'assaut sont des armes militaires conçues pour tuer des humains, pas des animaux, de la façon la plus efficace possible afin de maximiser les mortalités avec un minimum d'efforts », affirme la déclaration.

Malgré le flou entretenu par le gouvernement Trudeau depuis la sortie de Tony Clement, l'Association des sports de tir du Canada et son directeur, Tony Bernardo, propagent cette rumeur. 

« [La rumeur] a déclenché une frénésie d'achat pour les AR-15. Les stocks de la majorité des détaillants sont à sec dans l'Ouest canadien. »

- Tony Bernardo, directeur de l'Association des sports de tir du Canada

« La rumeur du bannissement est peut-être vraie, peut-être pas. Qui sait ? Chose certaine, les gens ne veulent pas risquer d'être exclus de cette catégorie d'armes. Ils les achètent pour être sûrs de pouvoir profiter d'une clause [de droits acquis] », ajoute-t-il. 

Le lobby proarmes s'oppose farouchement à un bannissement des AR-15, soulignant qu'elles n'ont jamais servi dans des tueries de masse au Canada puisque leur vente est davantage encadrée qu'aux États-Unis.

15 % de rabais 

Le magasin d'armes SFRC, en Ontario, a notamment lancé mercredi une « vente C-71 » offrant 15 % de rabais à quiconque achète une arme à feu en ligne d'ici mardi prochain. « Nous ne savons pas exactement ce que les libéraux prévoient interdire la semaine prochaine. Nous sommes presque sûrs que ce sera les AR-15, mais il existe de fortes rumeurs sur toutes les armes de poing et les armes semi-automatiques aussi. Assurez-vous d'avoir des droits acquis », lit-on sur la page Facebook du magasin.

Le magasin d'armes SFRC fait notamment la promotion... (CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DU MAGASIN D'ARMES SFRC) - image 2.0

Agrandir

Le magasin d'armes SFRC fait notamment la promotion de sa « vente C-71 » sur sa page Facebook.

CAPTURE D'ÉCRAN TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DU MAGASIN D'ARMES SFRC

Deux tireurs sportifs québécois qui participent régulièrement à des compétitions ont dit avoir commandé des AR-15 en prévision d'une éventuelle prohibition. « J'en ai acheté deux, dit Tommy Gervais, tireur de la région de Québec, qui en possède déjà deux autres exemplaires. Le possible bannissement a précipité ma décision. Si ça survenait, on ne sait même pas si on sera encore capables d'acheter des pièces de remplacement. » 

« J'en ai commandé une avant-hier, dit de son côté Gabriel Pasquier. Ce sera ma troisième de la même marque. C'est de plus en plus difficile d'en trouver en ligne, plein de détaillants sont à court. Les gens ont peur que les armes de poing soient aussi bannies ». 

« C'est scandaleux » 

« C'est scandaleux, réagit Heidi Rathjen, porte-parole de PolySeSouvient, un organisme favorable aux contrôle des armes. On est rendus comme aux États-Unis, où dès qu'il est question d'un meilleur contrôle, le lobby des armes utilise cette opportunité pour augmenter ses ventes, ses profits et accroître le bassin de propriétaires d'armes d'assaut. » 

Selon le Washington Post, la production de carabines a plus que doublé en 2016 aux États-Unis, en grande partie à cause d'une crainte que les démocrates n'interdisent les armes semi-automatiques s'ils étaient élus. 

Une étude publiée en mai 2017 dans la revue médicale Annals of Internal Medicine indique que les ventes d'armes à feu ont augmenté de 35 à 85 % dans certaines régions après les tueries de Newton et de San Bernardino. L'auteur de l'étude, David Studdert, croit que le sentiment de peur induit par ces tueries explique largement la flambée soudaine des ventes. 

- Avec la collaboration de Mélanie Marquis, La Presse




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer