Pour le premier trimestre qui a suivi la légalisation, le Québec est la province qui a réalisé les plus importantes ventes de cannabis au pays. Avec des recettes cumulatives de 33,3 millions, la Société québécoise du cannabis (SQDC) est talonnée de près par les magasins privés de l'Alberta, qui ont rapporté des ventes de 32,9 millions, selon des données publiées hier par Statistique Canada.

TRISTAN PÉLOQUIN LA PRESSE

« Le Québec a de très fortes ventes, mais quand on ramène ces résultats en proportion de sa population, elles sont en dessous de la moyenne canadienne », note cependant Michael Armstrong, professeur en recherche opérationnelle à la Goodman School of Business de l'Université Brock, en Ontario.

C'est en fait la petite province de l'Île-du-Prince-Édouard qui affiche les plus fortes ventes par habitant, avec des recettes mensuelles moyennes de 7,39 $ par personne depuis la légalisation. Le Québec a terminé le trimestre avec une moyenne de 1,32 $ dépensés par personne chaque mois.

Les résultats de vente de l'Ontario, la plus populeuse des provinces, avec 14,3 millions d'habitants, reflètent les difficultés de démarrage vécues par la Société ontarienne du cannabis (Ontario Cannabis Store) : faute de magasins ouverts, son site web transactionnel a enregistré des ventes trimestrielles de 29,4 millions, soit 0,68 $ en moyenne par habitant chaque mois.

Toutes proportions gardées, la Colombie-Britannique, où le marché noir est particulièrement bien implanté, affiche aussi des ventes assez faibles : 4,99 millions pour le trimestre, ou 0,31 $ dépensés chaque mois par habitant en moyenne.

Plus de magasins, plus de ventes

« Les différences entre les provinces illustrent la valeur des magasins physiques de cannabis, croit M. Armstrong. Grosso modo, les provinces qui ont au moins un magasin par 100 000 habitants, comme c'est le cas des quatre provinces de l'Atlantique, ont considérablement dépassé les autres », dit-il.

Avec 12 succursales actuellement, la SQDC devrait ouvrir plus de 70 autres magasins pour avoir un ratio d'un magasin par 100 000 habitants. « On prévoit ouvrir d'ici avril 2020 environ 40 succursales », indique le porte-parole Fabrice Giguère.

La SQDC, dont le mandat premier est de réduire la mainmise du marché noir sur la vente de cannabis sans augmenter le taux de consommation, affiche des prix inférieurs de 25 % à la moyenne nationale. « Ce n'est pas un concours, mais ça démontre que les décisions d'approvisionnement que nous avons prises dès le début étaient les bonnes », avance M. Giguère.