Les soldats de l’armée canadienne déployés dans les zones les plus vulnérables pendant les inondations des dernières semaines sont retournés dans leurs garnisons depuis vendredi. Ils seront de retour dans une semaine pour terminer le mandat d’assistance demandé par le gouvernement du Québec.

Dominique Talbot Dominique Talbot
La Presse

« C’est une décision qui a été prise conjointement avec le ministère de la Sécurité publique du Québec », explique le lieutenant Chris Walkinshaw, officier d’affaires publiques des Forces armées canadiennes.

Au plus fort des inondations, près de 1050 militaires ont prêté main-forte aux autorités civiles pour protéger les infrastructures sur le territoire. Cette fois, ils seront entre 130 et 150 pour effectuer les tâches convenues avec le gouvernement. Ce second mandat devrait s’étaler sur une période de 10 à 12 jours.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Des membres de l'armée canadienne en patrouille de reconnaissance du territoire, le 22 avril à Rigaud

« Nous prévoyons retourner dans les zones qui ont été inondées dans environ une semaine. Cela dépendra du niveau de l’eau, ajoute Chris Walkinshaw. Nous enlèverons les protections autour des infrastructures critiques, c’est-à-dire les usines de filtration et d’eau potable, les hôtels de ville, en plus de dégager les principales voies d’accès. Nous avons travaillé avec le ministère de la Sécurité publique du Québec pour les protéger. Maintenant, le Ministère nous a demandé de les enlever et nous avons accepté. »

Selon le dernier bilan du ministère de la Sécurité publique du Québec, près de 7100 personnes ont été évacuées depuis le début des inondations au mois d’avril, et plus de 4400 maisons ont été inondées.