Reese Fallon était une jeune femme « pétillante » autour de qui tout le monde voulait être. Elle avait l'avenir devant elle : 18 ans, fraîchement diplômée du collège, admise à l'Université McMaster en soins infirmiers. Mais Reese ne fera jamais d'études supérieures. Dimanche soir, sa vie s'est arrêtée quand son chemin a croisé celui de Faisal Hussain, à Toronto, lors d'une fusillade.

Audrey Ruel-Manseau LA PRESSE

« Reese avait une personnalité charismatique. Elle était amusante et pétillante ! Tout le monde voulait être près d'elle. »

Frank Hong pense spontanément à la bonté de son amie quand il est question de la décrire, même si, moins de 24 heures après la tragédie, il a toujours peine à croire que « l'aimable » jeune fille n'est plus de ce monde.

« Quelqu'un m'a texté pour me dire : "Reese est morte". J'étais comme : "Quoi ? ! Où ? Quand ? Comment ?" Et puis j'ai fait le lien », relate le jeune homme au bout du fil.

Lundi après-midi, le Service de police de Toronto a confirmé que Reese Fallon, 18 ans, était tombée sous les balles d'un tireur qui a ouvert le feu vers 22 h dimanche dans un quartier grec de Toronto. Une fillette de 10 ans, dont la famille ne veut pas révéler l'identité, a aussi succombé à ses blessures. Treize autres personnes ont été blessées - trois étaient toujours dans un état critique lundi soir. La police n'a encore avancé aucune hypothèse sur les motifs du tireur.

DESTIN TRAGIQUE

Reese et son amie Samantha s'éclataient comme de jeunes filles dans la fleur de l'âge savent si bien le faire, dimanche soir. Les publications de son amie sur Instagram montrent qu'elles s'étaient régalées avec d'autres copains au restaurant Terroni, avant de se déplacer vers l'avenue Danforth, où les attendait un destin tragique.

« La photo suivante de la story Instagram de Sam, c'est elle dans son lit d'hôpital qui remercie les gens pour leur soutien », raconte Frank, qui dit qu'au moins une autre jeune fille était avec elles.

« Je ne crois pas que Reese ou Samantha s'étaient imaginé qu'elles seraient blessées ou tuées. Ça arrive. C'est tout. Elles étaient au mauvais endroit, au mauvais moment. » - Frank Hong, ami de la victime Reese Fallon

C'est leur amour de la politique qui avait provoqué la rencontre de Reese, Samantha et Frank. Tous membres des Jeunes libéraux, ils s'étaient récemment rapprochés lors du congrès national, en avril dernier.

« On restait tous au même hôtel et on a passé vraiment beaucoup de temps ensemble. Reese prenait soin de tout le monde. Elle donnait les câlins les plus réconfortants », se souviendra Frank, ajoutant que Reese était une passionnée de politique.

CHANGER LE MONDE

La jeune femme avait eu son diplôme du Malvern Collegiate Institute il y a à peine un mois et était inscrite en soins infirmiers à l'Université McMaster. Son passage au sein de la commission scolaire publique de Toronto avait été remarqué.

« Nous avons le coeur brisé, [...] Reese Fallon était une élève impliquée qui était très appréciée du personnel et de ses amis », a déclaré sur Twitter John Malloy, directeur de l'éducation du Conseil scolaire du district de Toronto.

La médaillée olympique Penny Oleksiak, originaire de Toronto, connaissait aussi Reese Fallon.

« J'ai le coeur brisé [...] J'envoie mes prières à tout le monde qui est touché, spécialement à la famille de Reese. Je suis allée à l'école avec elle, elle était incroyable et adorable. » - Penny Oleksiak sur son compte Twitter

« Elle était passionnée et c'était important pour elle de faire une différence dans le monde. C'est une immense perte. Reese était une jeune femme magnifique, elle était débordante d'énergie et faisait preuve d'une grande intelligence », a confié au Toronto Star le député de Beaches-East York, Nathaniel Erskine-Smith, qui est un ami proche de la famille de la victime.

PROFITER DE LA VIE

Le maire de Toronto, John Tory, admet que sa ville est aux prises avec un sérieux problème de violences - surtout par arme à feu - et demande à Ottawa un resserrement du contrôle des armes dans tout le pays (voir dernier onglet). Questionné sur son sentiment de sécurité, Frank Hong a révélé une surprenante coïncidence.

« Il y a eu deux événements majeurs à Toronto récemment. Celui-là, et celui de la camionnette dans Yonge Street, en avril. Les deux fois, je connaissais des victimes ! C'est quand même incroyable, lance-t-il. Là, on ne connaît pas les circonstances encore, mais ça reste une fusillade, et nous avons clairement un problème avec ça. Que se passe-t-il avec notre ville ? »

Néanmoins, Frank - qui habite Yonge Street - ne compte rien changer à ses habitudes.

« Je pense que les citoyens de Toronto doivent continuer à profiter de la vie et ne pas céder à la peur. Ça peut arriver à tout moment. Lundi, les filles étaient allées manger une crème glacée, elles avaient du plaisir, et c'est ce que tout le monde devrait continuer de faire, même si c'est tragique de mourir ainsi. »

Photo tirée de Facebook

Lundi après-midi, le Service de police de Toronto a confirmé que Reese Fallon, 18 ans, était la première victime tombée sous les balles d'un tireur qui a ouvert le feu vers 22 h dimanche dans un quartier grec de Toronto.

Photo Mark Blinch, La Presse canadienne

Des amies de Reese Fallon - Desirae Shapiro (à droite) et sa mère, Gina Shapiro - ont laissé coulé leurs larmes, lundi, devant le mémorial improvisé pour les victimes de la fusillade.